Logo Le temps des banlieues

États-Unis : une mère de famille tue son fils de 8 ans craignant que le gouvernement russe enlève ses enfants

En pleine crise de paranoïa après avoir ingurgité une grande quantité de médicaments, elle aurait également tenté de poignarder son autre fils, âgé de 11 ans, avant que son mari n’intervienne.

L’abus de télévision est décidément dangereux pour la santé mentale. Dans le Wisconsin (États-Unis), une mère de famille âgée de 41 ans a été arrêtée par la police et placée en détention pour le meurtre de son fils de 8 ans après une crise de paranoïa. Natalia Aleksandrovna Hitchcock est également accusée de tentative de meurtre sur son autre fils, âgé de 11 ans.

D’après SudInfo, qui relaie cette glaçante affaire, la mère de famille, d’origine russe, aurait sombré dans la folie ces dernières semaines en suivant assidument les informations sur l’invasion russe en Ukraine. Se basant sur le témoignage du mari de la suspecte, un rapport de police cité par le média belge affirme ainsi que « selon lui, la mère de Natalia Aleksandrovna Hitchcock vivait en Russie. Il était inquiet de son état mental alors qu’elle regardait la télévision avec la guerre entre la Russie et l’Ukraine. »

Délire survivaliste et tentative de suicide

« Elle voulait également acheter du matériel de survie, comme un réchaud de camping et du carburant, ainsi que des couteaux et des armes à feu, poursuit le document des forces de l’ordre traduit par SudInfo. Il a refusé les couteaux et les armes à feu, mais il est allé acheter de la nourriture supplémentaire ainsi qu’un réchaud de camping et du carburant pour qu’elle se sente en sécurité. »

Le mari de la suspecte affirme par ailleurs qu’elle a également commencé à boire de l’alcool en grande quantité et à développer des envies suicidaires. Le 29 mars dernier, elle a ainsi ingurgité un important volume de paracétamol dans le but de « ne jamais se réveiller », selon SudInfo. Le lendemain, la quadragénaire, dans un état second, profitait d’une sieste de son mari pour s’attaquer à ses deux enfants.

Elle affirme avoir tué son fils pour éviter qu’il soit maltraité

Persuadée que « le gouvernement russe allait prendre ses enfants et les maltraiter », selon son propre témoignage devant les forces de l’ordre, la mère de famille aurait poignardé son plus jeune fils, avant de poursuivre le second. Réveillé par les cris de ce dernier, le père est alors intervenu pour enlever le couteau des mains de sa femme, avant d’appeler la police, qui a immédiatement interpellé la quadragénaire, tandis que les secours tentait de sauver la vie du fils cadet, en vain.

« Elle a déclaré qu’elle pensait qu’il était préférable de mettre fin à la vie de la première victime parce qu’elle était la plus jeune et la plus vulnérable, explique le rapport de police cité par SudInfo. Elle pensait que la première victime n’aurait pas été capable de se défendre si elle avait été maltraitée et qu’il valait mieux la tuer plutôt que de la voir être maltraitée. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *