Logo Le temps des banlieues

Street-art : quand l’art de la rue entre au musée

Le musée de la Chasse et de la Nature, dans le Marais, a invité des artistes urbains à créer des œuvres directement sur ses murs. Trois autres lieux franciliens proposent en même temps des expositions de street art, dont une rétrospective à Rueil. 

Préparatifs de l'artiste mexicain Ruben Carrasco, jeudi, à l'exposition « Incursions sauvages », rue des Archives à Paris (3ème).
Préparatifs de l’artiste mexicain Ruben Carrasco, jeudi, à l’exposition « Incursions sauvages », rue des Archives à Paris (3ème). (Lewis Joly pour le JDD)

Partager sur :

Sur un mur extérieur du musée de la Chasse et de la Nature, rue des Quatre-Fils (3e ), un écureuil géant donne la couleur ; il aide un chat à s’introduire par effraction dans l’édifice classé. À l’intérieur, un renard s’affiche près de tableaux classiques, non loin d’un rapace volant dont l’image s’efface peu à peu (Jussi TwoSeven)… Le street art dans sa version figurative a investi les deux hôtels particuliers au décor XVIIIe .

« C’est la rue qui entre au musée », annonce Cyrille Gouyette, le commissaire de l’exposition qui ouvre le 12 avril. L’historien d’art a retenu sept artistes qui travaillent sur le thème des animaux, « ceux que l’on a vus se promener dans la ville pendant le premier confinement » : « Cet art, lui aussi “sauvage”, pénètre dans le musée de la Chasse et de la Nature tout en gardant son ADN, assure le curateur. Depuis une vingtaine d’années, le graffiti est accueilli dans les institutions culturelles, mais souvent ce sont des graffs sur tableaux, du post-graffiti selon moi. Ici, les artistes ont créé sur place, sur de vrais murs. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *