Logo Le temps des banlieues
, , ,

Maison squattée en Essonne : la famille d’occupants agressée en quittant les lieux

Un départ sous haute tension. Selon nos informations, dans la nuit de ce jeudi à ce vendredi, la famille qui squattait un pavillon à Ollainville

, en Essonne, a été agressée en quittant les lieux. Vers minuit, alors que la gendarmerie venait de leur signifier leur mise en demeure en fin de journée, le couple et ses enfants âgés de 4 à 16 ans chargeait ses affaires dans leur voiture. Selon une source proche du dossier, un groupe de personnes cagoulées et masquées a surgi et fait usage de gaz lacrymogène sur la famille, les agressant physiquement. L’habitacle de leur voiture puis l’intérieur de la maison ont aussi été aspergés de gaz lacrymogène. Le véhicule a également été dégradé. La famille a appelé les gendarmes et déposé plainte dans la foulée. Selon la préfecture de l’Essonne, contactée ce vendredi, une enquête a été ouverte, confiée aux gendarmes. Le parquet d’Evry-Courcouronnes n’était pas joignable. « Ces derniers jours, ça devenait tendu » « Vous me l’apprenez, réagit Laurent, contacté ce vendredi matin. Je dormais chez moi cette nuit, je découvre cette histoire. Les agresseurs ont eu tort de faire cela, ça me porte préjudice. Si j’avais vu la famille sortir, je les aurais aidés. Ces derniers jours, autour de la maison, les riverains devenaient pressants, certains klaxonnaient, criaient « virez-les ! », ça devenait tendu. Même à la sortie de l’école. Ce n’est pas faute d’avoir prévenu le père de famille… je lui proposais même de l’aider à déménager gratuitement avec mon camion. » Un périmètre de sécurité a été mis en place autour de la maison ce vendredi matin. Les gendarmes procèdent à des constatations. Pour rappel, après l’achat de cette maison en mai dernier, qu’ils savaient squattée, Elodie et Laurent, le couple de propriétaires, avait entamé une longue bataille judiciaire pour évacuer cette famille. Le ministre de l’Intérieur avait demandé ce jeudi 9 juin au préfet d’accélérer la procédure, entraînant l’expulsion de la famille ce vendredi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *