Logo Le temps des banlieues

“J’ai galéré de fou” : le retour chaotique de Nabilla à Dubaï avec ses deux enfants sur un vol commercial

Depuis le 5 juin dernier, Nabilla est maman d’un deuxième petit garçon, Leyann. Une double maternité qui la comble, mais qui lui en fait aussi voir de toutes les couleurs, comme en témoigne sa dernière expérience chaotique à l’aéroport.

Le 5 juin dernier, Nabilla a accueilli son deuxième enfant, un petit garçon prénommé Leyann. Deux ans et demi après la naissance de son fils Milann, la star de 30 ans a redécouvert les joies du pouponnage… et a découvert la galère des voyages avec deux enfants en bas âge. Ce mercredi 27 juillet, Nabilla et sa petite famille se sont envolées pour Dubaï, afin de retrouver leur petit nid douillet. Mais ce premier voyage à quatre ne s’est pas vraiment passé comme prévu!

« 6h de vol (retard plus changement), 15 valises, deux bébés, 10 biberons, 6 couches… Nous arriverons bientôt à destination. SOS », s’est amusé la jeune maman sur son compte Instagram, en légende d’une photo d’elle nourrissant Leyann. Commence alors une série de galères en tout genre. Premier problème au moment du goûter du petit dernier. « Dans l’avion je dois faire un biberon pour mon fils, je n’ai pas le doseur. […] Je commence à paniquer, je ne savais pas quelle dose mettre. Du coup j’ai fait à vue d’œil, ça s’est très bien passé », explique Nabilla à ses fans sur Snapchat.

Nabilla : « J’ai été jugée dans l’avion »

Et en attendant son repas, bébé s’est impatienté, perturbant toute la première classe par ses pleurs et ses cris. « J’ai été jugée dans l’avion, tout le monde me regardait. Mon fils Milann était trop sage, mais Leyann ne faisait que crier. J’avais tellement honte. Je suis devenue la personne détestable de l’avion« , a-t-elle confié. Au bout du rouleau, celle qui avait l’habitude de ne voyager qu’avec un seul enfant avoue : « J’ai galéré mais d’une force. Je n’étais pas prête. Moi j’ai l’habitude de voyager avec Milann et tout, là avec deux… Et encore j’avais de l’aide. C’est un vrai délire. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *