Logo Le temps des banlieues

« A l’école du vice, Gabriel Attal devait être major de promo » : des membres du gouvernement balancent sans pitié sur le ministre du Budget

L’ambiance ne serait pas au beau fixe entre tous les membres du gouvernement d’Elisabeth Borne. Et c’est peu de le dire. La guerre serait en effet déclarée entre deux protégés d’Emmanuel Macron : Gabriel Attal et Clément Beaune. Et ce dernier ne serait pas le seul à ne pas pouvoir supporter Gabriel Attal.

« Premier de la classe et « langue de vipère’ » le ministre aux deux visages ». Tel est le titre du portrait de L’Express consacré à Gabriel Attal. Dans cet article revenant sur le parcours de l’ancien porte-parole du gouvernement devenu récemment ministre du Budget, nos confrères lèvent le voile sur la face cachée du jeune homme politique qui est loin de faire l’unanimité dans son propre camp. « Gabriel ne s’est pas fait que des potes, parce que… Voilà, il est comme il est, mais c’est le meilleur. Point », confirme d’ailleurs Cédric O., l’ancien conseiller d’Emmanuel Macron à l’Elysée et secrétaire d’Etat chargé du Numérique.

« Il est brillant, bosseur, éloquent, quand il va sur un plateau vous pouvez être parfaitement serein, vous savez que ça va bien se passer : c’est en cela qu’il est reconnu par tout le monde », ajoutent plusieurs ministres restés anonymes. Mais tous ne vantent pas les mérites de ce symbole de réussite de la Macronie. Certains pointent du doigt par exemple son manque de transparence et sa manie d’annoncer des choses par la presse et pas en face. « Gabriel Attal jouit chez ses collègues du gouvernement, qu’ils viennent de la droite, du centre, ou de la gauche, d’une réputation peu flatteuse. Elle n’enlève rien à ses qualités, précisent-ils d’emblée, mais on perçoit chez eux, presque peinés, une forme de méfiance qui frôle parfois la colère : le brillant trentenaire ne serait pas un camarade exemplaire », écrivent ainsi nos confrères.

Accusé par certains d’avoir régulièrement « dépassé les bornes », Gabriel Attal entretiendrait des relations particulièrement tendues avec un autre homme politique aussi jeune et prometteur que lui : Clément Beaune qui est ministre des Transports et député. Les deux hommes se seraient affrontés en coulisses pour rafler le poste de ministre de Budget finalement donné à Gabriel Attal. Et tous les coups étaient permis entre eux à en croire un ministre : « C’est un concours permanent de saloperies entre les deux ». Les ennemis jurés auraient d’ailleurs tous deux le même objectif : succéder à Anne Hidalgo à la mairie de Paris en 2026. Gabriel Attal aurait même des ambitions présidentielles pour 2027.

« Lui et son équipe disent beaucoup de mal des gens. Beaucoup… Beaucoup. Gab, c’est le champion des « off » assassins donnés aux journalistes pour fumer ses petits copains du gouvernement ; pour résumer, c’est le champion des langues de vipères », a par ailleurs balancé un ministre à l’Express. « Il a une bonne bouille, mais vous sentez qu’il n’est pas franc du collier, qu’il ne la joue pas corpo. C’est la version hardcore de ce qu’on apprend au Mouvement des jeunes socialistes : à l’école du vice, Gabriel devait être major de promo », dit de lui un autre membre du gouvernement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *