Logo Le temps des banlieues
,

La chaleur fait planter les ordinateurs des hôpitaux londoniens

La situation est tendue depuis le mois de juillet dans les deux plus grands hôpitaux du Royaume-Uni : le Guy’s Hospital et le Saint Thomas, à Londres. Au plus fort des pics de chaleur lors du mois de juillet dernier, les systèmes informatiques ont tout simplement cessé de fonctionner, entraînant des annulations de rendez-vous, d’interventions – notamment des séances de chimiothérapie – et même des transferts de patients gravement malades vers d’autres hôpitaux, rapporte le quotidien The Guardian.

Le professeur Ian Abbs, qui gère les deux établissements concernés, a reconnu que la panne était “extrêmement grave”. Depuis “la fin de la semaine dernière”, tous les systèmes informatiques ont été restaurés mais les travaux se poursuivaient afin de récupérer les données et de redémarrer des services annexes. “Nos systèmes informatiques sont si complexes qu’ils ont du mal à se remettre de tels incidents”, a expliqué un porte-parole des hôpitaux.

Une vulnérabilité lourde de conséquences

Une situation qui a eu des conséquences concrètes sur le traitement des patients. “On agissait à l’aveugle”, confie un médecin-chef de Saint Thomas, qui décrit des problèmes dans l’aiguillage des patients et notamment la perte de certains dossiers numérisés. “Ces pannes ont mis les patients en danger, c’est certain”, ajoute cette même source.

“Face à la hausse générale des températures, nous devons développer des réseaux d’alimentation et des systèmes de refroidissement beaucoup plus performants et résistants”, affirme, au journal londonien, le professeur Georgios Zervas, du département d’ingénierie électronique et électrique de l’University College de Londres.

Des bâtiments mal isolés

Cette crise trouve en partie son origine dans la mauvaise isolation des hôpitaux britanniques, pas adaptés aux vagues de chaleur. Or ces dernières vont se multiplier dans les années à venir, alerte le Financial Times.

Dans un rapport très critique publié l’année dernière, la Commission sur le changement climatique, organisme public non ministériel chargé de conseiller le Parlement sur les conséquences du changement climatique, estimait que le gouvernement devait d’urgence mettre en place un plan d’isolation national pour limiter les effets des futures canicules. Des travaux pouvant atteindre 25 millions de livres, selon la taille du bâtiment à isoler.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.