Logo Le temps des banlieues

Rodéos urbains: Darmanin annonce une intensification des contrôles dans toute la France

A partir de ce lundi, 10.000 opérations de contrôle vont être menées sur le territoire national pour le mois d’août pour lutter contre le phénomène des rodéos urbains, alors que deux enfants ont été blessés vendredi à Pontoise après avoir été renversés par une moto.

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a annoncé lundi une intensification des contrôles dans toute la France contre les personnes effectuant des rodéos urbains, des actes « criminels qui viennent blesser très gravement des enfants » comme dans le Val-d’Oise ce week-end.

Intensification des contrôles

Une fillette de 10 ans et un garçon de 11 ans ont été grièvement blessés alors qu’ils jouaient « à chat » sur l’esplanade de leur quartier après avoir été renversés vendredi soir par une moto lors d’un rodéo urbain à Pontoise (Val-d’Oise).

« Je veux dire que le gouvernement a la main extrêmement ferme contre non pas ces rodéos urbains que l’on présente comme un mot positif, comme si c’était un spectacle, mais contre ces actes souvent criminels qui viennent tuer, qui viennent blesser très gravement des femmes, des enfants, on l’a vu encore très récemment dans le Val d’Oise », a souligné le ministre lors d’une visite à Marseille.

« J’ai demandé à la police et à la gendarmerie nationale pour ce mois d’août l’intensification de ces contrôles et je souhaite qu’il y ait 10.000 opérations de contrôle à partir d’aujourd’hui sur tout le territoire national pour lutter contre ces actes criminels de gens qui prennent la route pour leur route », a-t-il ajouté.

Jusqu’à cinq ans de prison

Le 8 juin, un jeune homme âgé de 19 ans est mort après avoir été percuté par une moto lors d’un rodéo urbain à Rennes. Le ministre a défendu sa politique de fermeté en rappelant « qu’il y a eu depuis deux mois 8000 opérations par la police et la gendarmerie » en France.

Elles se sont soldées, selon lui, par 1200 interpellations, « du jamais vu » et 700 saisies de motos, quads ou voitures.

Une loi de 2018 a renforcé la lutte contre ces « rodéos » motorisés et prévoit des peines pouvant aller jusqu’à cinq ans de prison pour leurs auteurs. Notant que « le Parlement souhaite renforcer l’arsenal législatif et pouvoir mieux condamner » les auteurs, le ministre a souligné être « favorable à l’aggravation des moyens pénaux ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.