Logo Le temps des banlieues
,

États-Unis: Joe Biden dénonce l’«extrémisme» de Trump et de ses partisans

L’avertissement solennel et l’inquiétude de Joe Biden. Le président américain était ce jeudi 1er septembre à Philadelphie, en Pennsylvanie dans l’est du pays, là où la déclaration d’indépendance et la Constitution américaines ont été rédigées. À 68 jours des élections de mi-mandat, il parle des menaces qui pèsent sur la démocratie américaine. 

Joe Biden n’avait sans doute pas été aussi offensif depuis le premier anniversaire de l’assaut contre le Capitole en janvier dernier, rapporte notre correspondant à Washington, Guillaume Naudin. Alors que les élections pour la majorité au Congrès et pour des postes clés dans plusieurs États sont dans un peu plus de deux mois, le président repart en campagne en s’attaquant de front aux partisans présentés comme extrémistes du Make America Great Again et de Donald Trump. Pour Joe Biden, ce sont des adversaires dangereux pour le pays.

« La loyauté aveugle à un seul chef et la volonté de s’engager dans la violence politique sont fatales à la démocratie, a-t-il affirmé. Pendant longtemps, nous nous sommes dits que la démocratie américaine est garantie, mais elle ne l’est pas. Nous devons la défendre, la protéger, nous lever pour elle, tous et chacun d’entre nous. »

Tous, cela inclut les républicains modérés, encore majoritaires selon Joe Biden parmi les électeurs du parti désormais dominé par Donald Trump et ses partisans. C’est en mobilisant ces républicains modérés, aux côtés de l’électorat démocrate, que le président et les siens espèrent parvenir à conserver leur courte majorité en novembre.

► À lire aussi : Joe Biden lance sa campagne pour les législatives et sonne la charge contre le camp Trump

Les démocrates se prennent à rêver d’un exploit

Les représentants de la droite radicale « applaudissent la colère. Ils se nourrissent du chaos. Ils ne vivent pas dans la lumière de la vérité mais à l’ombre des mensonges », a encore scandé le président de 79 ans.

Joe Biden, qui avait tenu à Philadelphie son premier meeting de candidat à la présidentielle, sait aussi que la Pennsylvanie détient peut-être la clé des élections législatives de novembre. Et donc de la suite de son mandat.

Selon un sondage publié jeudi par le Wall Street Journal, si les législatives de mi-mandat avaient lieu aujourd’hui, 47% des électeurs voteraient démocrate, et 44% républicain. La droite avait encore une avance de 5 points en mars. Les démocrates se prennent à rêver d’un exploit lors de ce scrutin qui renouvelle toute la Chambre des représentants et un tiers du Sénat, et qui est traditionnellement défavorable au parti représenté à la Maison Blanche.

Donald Trump, dans une réaction énigmatique, a publié jeudi sur son réseau social Truth une image de Joe Biden brandissant les deux poings dans ce décor frappant, en la flanquant d’une photo de lui-même en train d’embrasser un drapeau américain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.