Logo Le temps des banlieues

Combien les salariés français sont-ils prêts à débourser au déjeuner ?

Selon un sondage publié par « Le Parisien », les employés ne sont pas prêts à payer le même prix pour un repas au self, issu d’un frigo connecté ou livré.

ces derniers mois et qui voient les prix s’envoler, les Français sont en capacité de tirer sur la corde de leur porte-monnaie jusqu’à une certaine limite. Comme l’indique un sondage Ifop pour la start-up Foodles et publié par Le Parisien, les salariés sont prêts à débourser 8,20 euros en moyenne pour leur repas du midi.

Ce montant varie selon qu’ils vont se restaurer au self (7,20 euros), qu’ils privilégient un frigo connecté (8,10 euros) ou bien une solution de livraison facilitée par l’entreprise (12,20 euros). Ces prix évoqués sont entièrement déboursés par les employés, hors prise en charge de leur entreprise, qui peut compléter pour couvrir le tarif pratiqué par le prestataire.

close

volume_off

Dans le détail, les résultats de cette étude indiquent que 37 % des répondants ne sont pas prêts à mettre « plus de 6 euros » quand 21 % seraient au contraire prêts à payer « entre 10 et 12 euros ». « Le prix est l’un des deux premiers critères mis en avant par les salariés sur leurs attentes en matière de restauration, devant le fait d’avoir des plats équilibrés et de qualité pour 55 % d’entre eux », souligne Michaël Ormancey, l’un des cofondateurs de Foodles.

Le plafond quotidien des titres-restaurants revu à la hausse

Dans le monde du travail, où les offres de restauration se sont multipliées depuis le début de la crise sanitaire, entre 5 et 6,50 euros de frais de déjeuner sont à la charge des salariés, indiquent nos confrères.

À noter également que le plafond journalier des titres-restaurants augmente de 19 à 25 euros à compter du 1er octobre, comme annoncé fin juillet par le gouvernement. Cette mesure était réclamée par de nombreux députés dans le cadre du débat parlementaire sur le pouvoir d’achat. Publié vendredi au Journal officiel, un décret modifie ainsi « les modalités d’utilisation des titres-restaurants pour en favoriser l’emploi, avec l’augmentation du plafond journalier de 19 à 25 par jour ».

Quelque 700 000 titres-restaurants sont utilisés par 4 millions de salariés dans 200 000 restaurants ou boulangeries agréés, ce qui représente 6 milliards d’euros par an. Quatre grands acteurs historiques, Edenred (Ticket Restaurant), Groupe Up (Chèque Déjeuner), Sodexo (Pass Restaurant, anciennement Chèque Restaurant) et Natixis (Apetiz, anciennement Chèque de table) se partagent ce marché.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *