Logo Le temps des banlieues

« Manif pour Lola » : La colère de Bruce Toussaint face à Stanislas Rigault

Le journaliste de BFMTV s’est ému de l’utilisation du prénom de Lola pour la marche organisée jeudi soir à Paris et à laquelle le parti Reconquête ! va participer.

MEURTRE DE LOLA – « Cette enfant n’est pas enterrée ! » Bruce Toussaint s’est emporté face au responsable du mouvement jeunesse de Reconquête !, Stanislas Rigault, ce mercredi 19 octobre sur le plateau de BFMTV. Alors qu’était évoquée l’organisation d’une marche blanche en hommage à Lola jeudi à Paris, après le meurtre de la fillette retrouvée égorgée dans une malle, l’animateur a eu du mal à garder son calme. Il a dénoncé la manière de faire du parti d’extrême droite, qui participera à la manifestation.

« Le fait de récupérer ce prénom, c’est un problème. Vous dites que non, mais honnêtement, je ne vois pas très bien comment vous pouvez le faire sans l’accord de la famille », a d’abord lancé Bruce Toussaint à Stanislas Rigault. « C’est une blague ou quoi ? », a répondu le responsable de Génération Z. « Toutes les personnes qui ont tweeté son nom, vous pensez qu’elles ont toutes demandé à la famille ? », a-t-il interrogé.

Une réponse qui a eu le don d’agacer Bruce Toussaint : « Cette enfant n’est pas enterrée, de quoi parlez-vous ? », a-t-il tonné. « C’est indécent ce que vous faites sur cette affaire, sur cette manifestation. Vos opinions, vous avez tout à fait le droit de les avoir… Cette enfant n’est pas enterrée ! Cette famille veut qu’on la respecte. Qu’est-ce que vous faites pour le respect de cette famille ? Arrêtez, arrêtez… Enlevez ces hashtags, c’est un père de famille qui vous le dit », a-t-il poursuivi, visiblement ému par cette affaire sordide.

Un rassemblement boycotté par la famille de Lola

Après avoir dans un premier temps prévu de se rendre à la marche, organisée jeudi soir devant la mairie du XIXe arrondissement de Paris, le Rassemblement national a finalement indiqué mercredi qu’il n’irait pas. Avant le RN, les Républicains avaient déjà indiqué qu’ils ne se joindraient pas la marche, parce que la famille de la victime ne souhaitait pas elle-même y prendre part.

Auprès du HuffPost ce mercredi, Guilhem Carayon, président des jeunes LR, qui était initialement partant pour une marche, a expliqué : « J’ai vu dans Le Parisien le souhait de la famille d’éviter la récupération politique, et son premier refus de voir une marche blanche intervenant trop tôt. On se doit de respecter cela ».

En pleine campagne pour la présidence de leurs partis respectifs, droite et extrême droite ont multiplié ces derniers jours leurs attaques contre la politique migratoire de l’exécutif.

La principale suspecte, Dahbia B., une Algérienne de 24 ans, a été mise en examen lundi pour « meurtre » et « viol aggravé » et écrouée. Elle était entrée légalement en France en 2016 avec un titre de séjour étudiant, mais faisait l’objet d’une obligation de quitter le territoire français (OQTF) depuis août dernier.

Lire sur le HuffPost

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *