Biden et Lula se jurent de défendre une démocratie “mise à l’épreuve” dans leurs pays

0
45

Le président brésilien Lula, reçu vendredi par Joe Biden, a estimé que les deux dirigeants ne devaient “plus jamais permettre” des assauts contre la démocratie tels qu’en ont connu les Etats-Unis et le Brésil à deux ans d’intervalle.

Le président américain, aux côtés de son invité, a reconnu que la démocratie avait été “mise à l’épreuve” dans les deux pays, le 6 janvier 2021 quand des partisans de l’ancien président Donald Trump ont attaqué le Capitole à Washington, et le 8 janvier 2023 quand une foule acquise à l’ancien chef d’Etat Jair Bolsonaro a pris d’assaut les institutions de Brasilia.

Mais “la démocratie a gagné”, a dit Joe Biden.

“Promouvoir le respect des droits humains”

Les deux dirigeants se sont engagés à travailler de concert pour “renforcer les institutions démocratiques” et “promouvoir le respect des droits humains”, selon un communiqué commun diffusé vendredi soir par Washington et Brasilia.

Plus tôt dans la journée, lors d’un bref échange devant la presse dans le Bureau ovale, avant le début de la réunion bilatérale proprement dite, Lula a vivement critiqué son prédécesseur d’extrême-droite, actuellement présent aux Etats-Unis, pour avoir diffusé “de fausses informations, le matin, l’après-midi, le soir”.

“Cela me rappelle quelque chose” a répliqué le président américain

“Bolsonaro est une copie fidèle de Trump, c’est comme si on le passait à la photocopieuse”, a aussi fait remarquer Lula dans un entretien à la chaîne CNN, diffusé avant sa rencontre à la Maison Blanche.

Je vais vous dire une chose: Bolsonaro n’a aucune chance de redevenir président du Brésil”, a-t-il affirmé à la chaîne, tout en indiquant qu’il ne demanderait pas l’extradition de son rival qui se trouve actuellement en Floride.

“Je ne vais pas en parler à Biden car cela dépendra de la justice brésilienne”, a-t-il fait valoir.

Supprimer d’ici 2023 la déforestation en Amazonie

Dans le Bureau ovale, Lula a déploré que “le Brésil s’est isolé pendant quatre ans”. Il a aussi réitéré sa promesse de supprimer d’ici 2030 la déforestation dans la forêt amazonienne: “Prendre soin de la forêt tropicale amazonienne c’est prendre soin de la planète, de notre propre survie”.

La déforestation en Amazonie a progressé de 60% lors de chacune des années de mandat de Bolsonaro (2019-2022). Elle a continué, mais a nettement ralenti dès le premier mois de mandat de Lula.

En janvier, 167 km2 de la plus grande forêt tropicale de la planète ont été détruits, soit l’équivalent de plus de 22.000 terrains de football. Mais c’est beaucoup moins que les 430 km2 déboisés en janvier 2022, quand Jair Bolsonaro était encore au pouvoir.

Les Etats-Unis ont de leur côté annoncé leur intention de travailler avec le Congrès pour financer des programmes de protection et de conservation de l’Amazonie brésilienne, dont un soutien initial pour le “Fonds pour l’Amazonie”, mécanisme financier multilatéral créé en 2008 et géré par le Brésil pour soutenir la lutte contre la déforestation, détaille le communiqué commun.

“J’ai évoqué la nécessité que les pays riches prennent leurs responsabilités pour aider les pays ayant des forêts tropicales et pas seulement au Brésil”, avait dit plus tôt Lula à la presse.

Lula a relancé ce fonds que son prédécesseur avait gelé, et auquel ont surtout contribué jusqu’ici la Norvège et dans une moindre mesure l’Allemagne. Le Brésil est aujourd’hui en quête d’autres donateurs.

Le délicat sujet de l’Ukraine

À propos de l’Ukraine, un sujet délicat entre les Etats-Unis et le Brésil, Lula a dit lors de son échange avec la presse qu’il avait évoqué “le besoin de créer un groupe de pays qui ne soient pas impliqués, ni directement ni indirectement, dans la guerre de la Russie contre l’Ukraine, afin que nous ayons la possibilité de construire la paix.”

Les Etats-Unis sont les grands pilotes de la réponse occidentale à la Russie, tandis que le Brésil a condamné l’invasion russe à l’ONU mais n’a pas adopté de sanctions économiques contre Moscou ni envoyé de munitions à Kiev.

Le président brésilien a pour finir invité Joe Biden à visiter le Brésil, une invitation acceptée par le président américain, précise leur communiqué commun.

Article original publié sur BFMTV.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici