Cambodge: l’opposant Kem Sokha condamné à 27 ans de prison pour trahison

0
11

Un tribunal cambodgien a condamné ce vendredi le chef de l’opposition Kem Sokha à 27 ans de prison dans une affaire de trahison dont les groupes de défense des droits affirment qu’elle n’a pour seul but que de boucher son avenir politique avant l’élection générale de juillet 2023. 

 Kem Sokha (…) est condamné à 27 ans de prison pour collusion avec des étrangers au Cambodge et ailleurs », a déclaré le juge Koy Sao du tribunal de Phnom Penh. Figure de l’opposition et cofondateur du Parti du salut national du Cambodge (PSNC), aujourd’hui dissous, il a toujours contesté les charges.

Après le verdict, Kem Sokha a été immédiatement conduit de la salle d’audience à son domicile, où il sera assigné à résidence et où il lui sera interdit de rencontrer quiconque, à l’exception des membres de sa famille. Il dispose d’un mois pour faire appel de la condamnation et de la peine d’emprisonnement, a déclaré aux journalistes Ang Udom, l’un de ses avocats. Le tribunal lui a également retiré le droit de vote et lui a interdit de se présenter à des fonctions politiques.

► À lire aussi : Le procès du Cambodgien Kem Sokha, une bataille politique qui continue

« Je ne peux pas accepter ce jugement », a déclaré Chea Samuon, partisan de Kem Sokha, à l’extérieur de la salle d’audience. « C’est très injuste pour lui et pour le peuple. Il n’est pas coupable, c’est une pression politique ».

L’ambassadeur des États-Unis au Cambodge, W. Patrick Murphy, qui était présent au tribunal, a dénoncé le procès et la sentence comme une « erreur judiciaire ». Le secrétaire d’État américain Antony Blinken, qui a rencontré Kem Sokha à Phnom Penh en août, s’était dit « déçu » par le temps qu’a pris la procédure judiciaire « motivée par des raisons politiques ».

Accusé d’avoir voulu renverser Hun Sen

Kem Sokha, 69 ans, a été arrêté en septembre 2017, accusé d’avoir voulu renverser le gouvernement du Premier ministre Hun Sen, au pouvoir depuis 1985. 

Selon ses détracteurs, Hun Sen – le plus ancien dirigeant d’Asie – a fait reculer les libertés démocratiques et utilisé les tribunaux pour étouffer les opposants, emprisonnant de nombreux militants et défenseurs des droits de l’homme. Le PSNC avait réalisé une percée aux élections de 2013, remportant 55 sièges sur 123, avant d’être dissous quatre ans plus tard par la Cour suprême du pays. Au scrutin qui avait suivi, en 2018, le parti de Hun Sen avait raflé l’intégralité des sièges au Parlement, des résultats vivement contestés.

En l’absence d’opposition visible, le dirigeant cambodgien, ancien combattant khmer rouge entré en dissidence du mouvement, qui a gravi les échelons durant l’occupation du Cambodge par le Vietnam, se dirige à 70 ans vers une nouvelle victoire écrasante aux législatives de juillet.

(Avec AFP)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici