Féminicide en Gironde : la victime avait déposé deux plaintes, Darmanin réclame une enquête administrative

0
44
French gendarmes leaves after they patrol the beach of the Blankenese battery in Neville sur Mer, northwestern France, on March 2, 2023. - More than two tons of cocaine packed in bags washed up last weekend and on March 1, 2023, on the Channel coast, with an estimated retail value of nearly 150 million euros, a source close to the case said on March 2, 2023. (Photo by Lou BENOIST / AFP)

Un homme a tué son ex-compagne vendredi avant se mettre fin à ses jours. Il avait déjà été condamné en 2005 et la victime avait porté plainte deux fois contre lui ces dernières semaines.

Alors qu’un nouveau féminicide a été dévoilé ce samedi matin, dans la Somme, l’enquête sur le meurtre d’une femme, vendredi, en Gironde., se poursuit. Les faits ont eu lien à Saint-Laurent-d’Arce, à une trentaine de kilomètres au nord de Bordeaux. Cette femme de 54 ans a été tuée à l’arme blanche par son ex-compagnon, qui s’est ensuite donné la mort par pendaison, comme l’avait annoncé le parquet de Libourne dans l’après-midi.

La victime, qui se sentait en danger, avait pourtant donné l’alerte à deux reprises en déposant plainte contre cet homme de 62 ans, ces dernières semaines. Gérald Darmanin a demandé une enquête administrative de l’Inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN), a appris ce samedi l’AFP auprès du ministère de l’Intérieur.

Le couple était séparé depuis « la mi-janvier » et la femme « avait déposé plainte le 5 février puis le 23 février » à la gendarmerie de Saint-André-de-Cubzac pour des « violences sans incapacité » et « diffusion d’images portant atteinte à l’intimité de sa vie privée », a indiqué le procureur de Libourne Olivier Kern dans un communiqué. L’homme faisait l’objet d’ « une mesure de réduction conditionnelle » par le juge de l’application des peines et résidait sur la commune de Montendre (Charente-Maritime), à une trentaine de kilomètres de Saint-Laurent d’Arce, avec interdiction d’entrer en relation avec cette ancienne compagne, a ajouté le parquet.

Récidiviste

La victime du féminicide avait rencontré cet homme peu de temps après sa sortie de prison. Selon France Info, peu de temps avant sa mort, cette femme, se sachant menacée, avait appelé son compagnon actuel, qui avait lui-même contacté la sœur de la victime, afin qu’elle se rende à son domicile. Elle l’a trouvée sans vie. Le suspect s’est quant à lui pendu.

L’homme était sorti de prison en 2017 après une tentative d’assassinat sur son épouse de l’époque. Il avait alors interdiction de paraître en Gironde, selon France Bleu, mais aucun suivi particulier n’aurait été mis en place. Selon les derniers chiffres du ministère de l’Intérieur, 122 féminicides avaient eu lieu en 2021, soit une hausse de 20 % par rapport à 2020.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici