Fresnes : opposés à la réintégration d’un élève, des enseignants font jouer leur droit de retrait

0
37
Fresnes, mardi 16 mai 2023. Une bonne partie des enseignants du collège Antoine de Saint-Exupéry ont décidé de faire grève ce mardi afin de protester contre le retour d'un élève qui en avait agressé un autre à l'aide d'un couteau.

Une partie du corps enseignant du collège Saint-Exupéry a exprimé, ce mardi, sa désapprobation et son incompréhension alors qu’un élève, qui avant les vacances avait mis un couteau de type Opinel sous la gorge d’un autre collégien, retrouve sa place au sein de l’établissement. Il avait été exclu d’un autre collège de la ville l’an passé, après qu’un couteau a été retrouvé sur lui. L’inspection académique indique que des « mesures d’accompagnement » vont être mises en place.

Les enseignants rencontrés ce mardi matin devant le collège Antoine-de-Saint-Exupéry de Fresnes (Val-de-Marne) l’avouent sans tarder : c’est un établissement scolaire très calme, où les mouvements de frondes sont très peu pratiqués. C’est pourtant de leur droit de retrait dont ont joué une quinzaine d’enseignants pour marquer leur désapprobation et leur incompréhension. À l’origine de leur action, on trouve une décision de l’inspection académique permettant le retour au sein du collège d’un élève ayant beaucoup fait parler de lui le mois dernier.

« C’est un élève de 4e qui a agressé un 6e, le 12 avril dernier, aux abords de l’établissement, rembobine une enseignante. Il lui a mis un couteau, de type Opinel, sous la gorge. Ils ne se connaissaient pas. » Pour se défendre, « il a dit qu’il avait trouvé le couteau non loin du collège, indique-t-elle. Et que s’il avait fait ça, c’était pour s’amuser. »

« Une exclusion définitive mais avec sursis »

Les enseignants, qui ne trouvent pas matière à rire mais à inquiétude, pensaient ne plus revoir cet élève, qui s’est bien présenté ce mardi. Ils le pensaient d’autant plus que l’adolescent avait déjà fait parler de lui un an plus tôt, alors qu’il était élève d’un autre collège de Fresnes. « Il en avait été exclu parce qu’on avait retrouvé une arme blanche sur lui, il a ensuite rejoint notre collège », nous explique-t-on.

Les vacances passées et un peu plus d’un mois après les faits, les enseignants ont appris vendredi dernier que l’élève était autorisé à réintégrer le collège Saint-Exupéry ce mardi. Lors d’un conseil de discipline délocalisé à Créteil dans les locaux de l’inspection académique, cette dernière avait en effet opté pour « une exclusion définitive mais avec sursis, souffle un professeur. C’est la mode depuis quelques années, ce genre de sanction. »

Vers des « mesures accompagnement »

Avant qu’une partie des élèves quittent les lieux et que l’autre reste au sein de l’établissement, les enseignants leur ont expliqué la raison du mouvement du jour et de leur désarroi. « La décision de l’inspection est souveraine, mais elle est incompréhensible, au regard de la gravité de l’acte, et du passif de cet élève, qui devrait faire l’objet d’un suivi », estime un professeur. « On dit qu’il faut protéger la victime et on oblige un enfant de 11 ans à être confronté à son agresseur », pointe l’une de ses collègues. « On n’a pas les moyens pour traiter ce genre de problème, souligne une consœur. On veut être entendu. » 

L’inspection académique, qui précise que « les représentants des parents d’élèves ne se sont pas associés au mouvement des enseignants mobilisés », indique que la situation est connue de ses services. Elle ajoute qu’un travail va être fait « avec les enseignants et les familles », mais aussi que « des mesures d’accompagnement vont être mises en place ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici