Immeubles effondrés à Marseille : deux victimes recherchées, identifications en cours… le point sur la situation

0
12
Marseille, Bouches du Rhône, France, le 10 avril 2023. L'immeuble du 17 rue Tivoli à Marseille a explosé et s'est effondré. L'immeuble du n°15 s'est effondré aussi. Les personnes évacuées peuvent retournées dans leurs appartements chercher des affaires accompagnées par des marins-pompiers et des policiers. photo : LP / Olivier Corsan

Six corps sans vie ont été sortis des décombres depuis l’effondrement du 17, rue Tivoli dans la nuit de samedi à dimanche. Deux personnes manquent toujours à l’appel.

Lundi à la nuit tombée, les marins-pompiers poursuivaient leur course contre la montre, près de 48 heures après l’effondrement d’un immeuble dans le centre de Marseille. Et l’espoir de retrouver des survivants s’amenuisait, après la découverte de six corps sans vie.

Deux personnes toujours recherchées

Dimanche soir, lors d’une conférence de presse, la procureure de la République de Marseille avait évoqué huit personnes présumées disparues au 17, rue de Tivoli, qui ne répondaient à « aucun appel » de leurs proches. « Des personnes d’un certain âge et un jeune couple d’une trentaine d’années », avait précisé la magistrate au sujet des habitants de cet immeuble de quatre étages, comptant cinq appartements.

Deux personnes pourraient donc être encore sous les décombres, après l’écroulement de cet immeuble proche d’un quartier connu pour ses bars et restaurants, même si, ce lundi, le service d’information et de communication de la police, interrogé par Midi Libre, ne pouvait pas confirmer le nombre de disparus.


À lire aussiImmeubles effondrés à Marseille : les marins-pompiers lancés dans une course contre la montre


Les sauveteurs poursuivaient leur travail, sans relâche, aidés de chiens, de drones et de sondes thermiques. Au total, plus de 500 m cubes de gravats ont déjà été évacués. Du côté des marins-pompiers, l’espoir subsistait encore de retrouver des personnes vivantes sous les décombres : « Nous avons bien sûr espoir de trouver des poches de survie, c’est ça qui nous anime », expliquait ainsi à l’AFP le lieutenant de vaisseau Adrien Schaller.

Dans l’amas des gravats du 17, rue de Tivoli, les secouristes ont d’abord retrouvé deux corps dans la nuit de dimanche à lundi. Puis deux autres, dans la matinée. Et encore deux dans l’après-midi, ont indiqué les pompiers et le parquet de Marseille, qui a ouvert une enquête pour « homicides involontaires ».

Les enquêteurs ont pu commencer leur travail

« Les opérations d’identifications se poursuivent », a précisé dans un communiqué le parquet. Plusieurs victimes sont déjà connues, selon La Provence, dont un couple d’octogénaires, une retraitée arrivée depuis quelques années dans la cité phocéenne, une trentenaire…

Par ailleurs, pour la première fois depuis le drame, les experts judiciaires « ont pu débuter leur travail pour identifier les causes de l’explosion ». Pour des raisons de sécurité, ils n’avaient jusqu’alors pu accéder au site, trop dangereux. Une explosion au gaz « fait partie des pistes », expliquait dès dimanche la procureure de la République de Marseille, Dominique Laurens. Selon Yannick Ohanessian, adjoint au maire à la Sécurité, une « déflagration a été ressentie partout dans la ville. (…) Ça a été d’une violence inouïe, et à ce titre, cela a fait bouger potentiellement les bâtiments adjacents, donc il faut être vigilants ».

Même si le drame de dimanche a réveillé les images d’un précédent effondrement meurtrier (huit morts) de deux immeubles insalubres en novembre 2018, rue d’Aubagne, dans un autre quartier du centre de Marseille, la situation est bien différente cette fois : rue de Tivoli, « ce ne sont pas du tout des immeubles insalubres », ont souligné maire, procureure et préfet.

Le point sur les évacuations

Au total, près de 200 personnes, dont plusieurs familles, ont été évacuées par précaution d’une trentaine d’immeubles alentours. Lundi, les habitants de 61 de ces 220 logements ont pu venir récupérer quelques effets personnels, en attendant de pouvoir peut-être bientôt y retourner définitivement.

Selon le capitaine de frégate Pascal, commandant des opérations de secours lundi, cette opération sera reconduite, pour d’autres personnes n’ayant pas encore pu récupérer leurs affaires. Et pour quelques habitants, de cinq ou six immeubles, ce sera même peut-être déjà le retour, « avec l’électricité mais peut-être sans le gaz », a cependant averti l’officier.

Les enfants du quartier, eux, pourront retourner à l’école après le week-end de Pâques. Les élèves de l’école élémentaire Franklin-Roosevelt, située rue de Tivoli, seront cependant privés de leurs salles de classe, ce bâtiment ayant été réquisitionné par les marins-pompiers pour installer leur poste de commandement. Ils seront répartis dans différentes écoles du quartier.

La solidarité s’organise

Face à ces « tragiques événements », Benoît Payan, le maire de la deuxième ville de France, a décidé de mettre en berne les drapeaux de l’hôtel de ville et de toutes les mairies de secteur. Des registres de condoléances seront ouverts.

Lundi soir, le cardinal-archevêque de Marseille, Jean-Marc Aveline, a présidé une veillée de prières à l’église Saint-Michel, proche du lieu du drame. « L’espoir, même s’il s’amenuise, doit demeurer jusqu’au bout », a-t-il lancé.

Comme souvent à Marseille, la solidarité s’est organisée. De nombreuses associations de parents d’élèves du quartier et des habitants se sont mobilisés pour proposer hébergement, vêtements et aide psychologique aux personnes évacuées par précaution d’immeubles environnants.

Dans une ville marquée ces dernières semaines par la multiplication de fusillades mortelles liées au narcotrafic ayant coûté la vie à plusieurs jeunes des arrondissements populaires, cet effondrement mortel a causé un nouveau choc.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici