Isabelle Adjani : 18 mois de prison avec sursis requis contre l’actrice soupçonnée de fraude fiscale

0
96
(FILES) French actress Isabelle Adjani poses during the photocall prior to the Chanel Women's Fall-Winter 2020-2021 Ready-to-Wear collection fashion show at the Grand Palais in Paris, on March 3, 2020. Suspected tax fraud: French actress Isabelle Adjani faces 18-month suspended prison sentence the Paris Criminal Court announced on Octobre 19, 2023. (Photo by FRANCOIS GUILLOT / AFP)

Isabelle Adjani, 68 ans et qui clame son innocence, est soupçonnée d’avoir dissimulé une donation en prêt en 2013 et de s’être fictivement domiciliée au Portugal en 2016 et 2017, ainsi que d’avoir fait transiter en 2014 une somme via les Etats-Unis

Par Le Parisien avec AFP 

Le 19 octobre 2023 à 22h19

L’actrice mythique n’était pas là. Le parquet national financier (PNF) a requis jeudi à Paris 18 mois de prison avec sursis et 250 000 euros d’amende à l’encontre de l’actrice aux cinq César Isabelle Adjani, jugée en son absence pour fraude fiscale aggravée et blanchiment. L’artiste de 68 ans, qui clame son innocence, est soupçonnée d’avoir dissimulé une donation en prêt en 2013 et de s’être fictivement domiciliée au Portugal en 2016 et 2017, ainsi que d’avoir fait transiter en 2014 une somme via les Etats-Unis.

En début d’après-midi, sa défense a demandé le renvoi du procès, faisant valoir qu’elle « tenait à s’expliquer » devant le tribunal mais qu’elle n’avait pu prendre l’avion depuis les États-Unis à cause « d’une pathologie aiguë ». Le tribunal a rejeté cette demande, estimant « qu’il n’était pas suffisamment établi que Mme Adjani avait réellement l’intention d’être présente ». Le procès a ensuite repris vers 17 heures et s’est déroulé sans elle.

Isabelle Adjani « est une citoyenne soumise à des devoirs »

« Le nom d’Isabelle Adjani importe finalement peu. Sa célébrité n’a été ni une raison supplémentaire ni un obstacle aux poursuites », a déclaré le procureur financier en débutant son réquisitoire. « Avant d’être une personnalité publique, elle est une citoyenne soumise à des devoirs », a-t-il poursuivi. « Pendant des années, avec l’assistance de professionnels, elle a cherché à diminuer au maximum sa charge fiscale ».

Pour l’accusation, elle avait bien son foyer principal, son activité professionnelle et ses centres d’activités en France et non au Portugal en 2016 et 2017, et elle aurait dû payer 236 000 euros d’impôt sur le revenu dans l’Hexagone. De même, selon le PNF, le virement en 2013 de deux millions d’euros de la part de l’homme d’affaires sénégalais et membre du Comité international olympique Mamadou Diagna NDiaye n’était pas un prêt, mais une « donation déguisée ».


À lire aussiIsabelle Adjani se défend avant son procès pour fraude fiscale, assurant être une « cible » du fisc


Le contrat de prêt signé entre eux, qui ne comprenait ni intérêt, ni garantie, était « fictif » pour l’accusation, qui estime que cela a permis à l’actrice d’éluder 1,2 million d’euros de droits de mutation. Enfin, le PNF a demandé à ce qu’elle soit reconnue coupable de blanchiment pour avoir fait transiter depuis une société à Hongkong 119 000 euros sur un compte bancaire américain « non déclaré », ensuite transférée à la mère d’un proche au Portugal pour l’achat d’un bien immobilier. La défense doit plaider la relaxe dans la soirée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici