Ligue des champions : l’Inter Milan retrouve la finale treize ans après

0
12
Soccer Football - Champions League - Semi Final - Second Leg - Inter Milan v AC Milan - San Siro, Milan, Italy - May 16, 2023 Inter Milan's Lautaro Martinez celebrates scoring their first goal REUTERS/Alberto Lingria

En s’imposant une deuxième fois en une semaine face au rival de l’AC Milan (1-0), l’Inter Milan s’offre la sixième finale de Ligue des champions de son histoire.

Treize ans après sa dernière finale, remportée face au Bayern Munich, l’Inter Milan retrouve le sommet de la Ligue des champions. Que ce soit face à Manchester City ou le Real Madrid, les Interistes ne partiront pas favoris. Mais il serait bien téméraire de ne pas leur accorder du crédit le 10 juin à Istanbul. Les hommes de Simone Inzaghi compensent leur relative faiblesse technique, par rapport aux meilleurs, par une cohésion collective impressionnante qui les mène sur une série actuelle de huit victoires d’affilée. Dans son derby milanais, l’Inter a d’abord résisté avec calme avant de s’imposer logiquement (1-0) après la pause.

Cette fois pourtant les Rossoneri n’ont pas renouvelé leur immense erreur du match aller où ils avaient gardé la maîtrise du ballon sans rien en faire pendant que l’Inter, lui, attaquait en trois touches de balle et tuait le suspense (2-0) au bout d’un quart d’heure. Sur la même pelouse de San Siro, les coéquipiers de Giroud ont, cette fois, joué d’entrée dans le bon sens. C’est-à-dire à l’assaut du but d’Onana. Et tous les atouts étaient les bienvenus : la qualité de frappe puissante et lointaine de Theo Hernandez qui a manqué le cadre de peu (5e), la tentative un rien écrasée de Brahim Diaz et qu’Onana a pu stopper (11e) ou le tir croisé du Portugais Leão frôlant le poteau (38e). Mais nanti de son avantage de l’aller, l’Inter est, lui, comme un poisson dans le Lambro, la rivière locale. Et les Nerazzurri se régalent à récupérer le ballon dans leur camp et à se projeter très vite vers l’avant.

Dans ce duel italo-italien, c’est un Français qui maintient l’incertitude. Mike Maignan, le gardien des Bleus et de l’AC Milan, réalise son presque habituel arrêt réflexe. Cette fois, sur une tête retournée de Dzeko, Maignan bloque le ballon du bras puis du visage (39e). Quant au quatrième Français présent sur la pelouse au coup d’envoi, l’arbitre Clément Turpin, il donne tort aux supporters Intéristes le soupçonnant de favoriser les desseins de ses compatriotes du Milan en sifflant une main imaginaire de Giroud juste avant le repos, ce qui stoppe une grosse opportunité des rouges et noirs… La dernière en fait puisque, après la pause, le Milan s’étiole. À l’image du maillot de Giroud complètement déchiré, à vingt minutes de la fin, par le rugueux marquage des défenseurs adverses.

Il manque juste une estocade et c’est le petit taureau argentin, Lautaro Martinez, qui s’en charge d’un tir croisé qui passe entre Maignan et son poteau droit (1-0, 74e). Les tifosis de Curva Nord de San Siro peuvent exploser de joie. En Turquie dans moins d’un mois, ils seront des milliers à déambuler dans les rues d’Istanbul.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici