170 voitures volées en Île-de-France et envoyées vers l’Afrique, sept suspects devant la justice

0
21

Ce réseau francilien a été démantelé par les enquêteurs de l’Office central de lutte contre la délinquance organisée (OCLCO). Il s’était spécialisé dans l’envoi de voitures volées vers la Gambie et le Sénégal.

Ce sont des trafiquants internationaux de voitures volées. Sept hommes, âgés de 22 à 74 ans, ont été mis en examen, vendredi à Paris, pour vol en bande organisée. Ces malfaiteurs sont soupçonnés d’avoir, depuis le début de l’année 2021 et jusqu’en avril 2022 en Île-de-France, en Suisse, en Belgique et en Allemagne, dérobé et exporté en Afrique pas moins de 170 voitures pour un préjudice estimé à plusieurs millions d’euros.

Les investigations ont débuté en 2021 en Gambie par la découverte d’un conteneur contenant des voitures volées. L’information est remontée via Interpol jusqu’à l’Office central de lutte contre la criminalité organisée (OCLCO), qui a été chargé de remonter cette filière.

Les 4 x 4 étaient dérobés dans la rue

La méthode des malfaiteurs était toujours la même. Les voitures étaient commandées en amont par des clients africains. Il y a notamment des SUV et plus précisément des 3008 Peugeot très appréciés sur ce continent. Les véhicules étaient dérobés dans la rue ou sur des parkings, notamment en région parisienne.

Selon nos informations, des faits auraient aussi été commis en Suisse, en Espagne et en Allemagne. Les voitures étaient ensuite stockées plusieurs jours, le temps de vérifier si le tracker qui permet de les suivre était bien neutralisé. Des convoyeurs étaient alors chargés de les conduire vers le port d’Anvers (Belgique) ou du Havre (Seine-Maritime) avant d’être embarqués dans des conteneurs qui voguaient vers la Gambie ou le Sénégal.

Après des semaines de surveillance, l’équipe a été interpellée le 12 septembre en région parisienne. Deux jours plus tard, les forces de l’ordre ont bloqué un conteneur au port du Havre alors qu’il allait partir pour l’Afrique. Le commanditaire présumé a été appréhendé à Gif-sur-Yvette (Essonne). Ce Sénégalais, sans papiers, âgé de 38 ans, assure qu’il travaille clandestinement comme maçon. L’an dernier, il a déjà été arrêté à la frontière Suisse en compagnie d’un complice qui a avoué qu’il avait été payé 500 euros pour assurer le convoyage d’une voiture volée.

Un commanditaire qui ne souhaite pas s’exprimer

Les investigations ont relevé qu’il assurait de nombreux voyages à l’étranger. Le trentenaire assure qu’il se déplaçait pour faire des demandes d’asile. Sur le fond, devant le juge d’instruction, cet homme n’a pas souhaité s’exprimer. Son avocat, Me Seydi Ba, souligne que « dans ce dossier, d’autres membres du réseau restent à interpeller » et que son client prendra le temps de s’expliquer au cours de l’instruction.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici