Carburant vendu à perte : des « compensations » prévues pour les stations-service indépendantes

0
36
ILLUSTRATION ESSENCE , CARBURANT / ESSENCE , DIESEL , STATION SERVICE

Le syndicat professionnel Mobilians a annoncé ce lundi que Bercy s’était engagé à l’issue d’une réunion d’urgence à instaurer des « mesures de compensations » pour les stations-service indépendantes, après avoir autorisé la vente à perte de carburant à partir de décembre.

Après le plafonnement des prix de l’essence pour faire face à l’inflation, le gouvernement a sorti la carte de la vente à perte de carburants. La mesure, qu’il souhaite rendre effective « début décembre », a été accueillie ce lundi avec une part de scepticisme. Mais des « compensations » sont prévues pour les stations-service indépendantes, a annoncé dans la soirée le syndicat professionnel Mobilians.

Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire, la ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher et la ministre déléguée chargée des PME, du Commerce et de l’Artisanat Olivia Grégoire se sont engagés à mettre en place un « plan d’accompagnement des stations-service traditionnelles », comportant notamment des « mesures de compensation », a indiqué dans un communiqué le syndicat, qui représente 5 800 stations-service hors grandes surfaces.

« Mobilians avait alerté dès ce samedi des conséquences lourdes que générerait la mesure de vente à perte », a précisé le syndicat, félicitant les ministres présents lors de cette réunion pour « leur écoute ». « Cette disposition n’est en effet pas viable pour les distributeurs indépendants, qui ne pourront pas compenser les pertes sur cette activité par des autres recettes -notamment les produits alimentaires. »

Les oppositions avaient aussi critiqué la mesure

Dimanche, les oppositions aussi avaient critiqué l’annonce d’Élisabeth Borne d’autoriser la vente à perte de carburant pour « baisser davantage les prix ».

Pour la droite, Éric Ciotti a tiré un « bilan en demi-teinte » de cette planification, sans « perspective très claire sur les moyens d’y parvenir et de (la) financer ». Il réclame une conférence « sur les prix de l’énergie » et une baisse des taxes sur le gaz et l’électricité plutôt qu’une vente à perte, « placebo sur une jambe de bois » à ses yeux.

Les petites stations-service ne « pourront pas se permettre » une vente à perte, a estimé la secrétaire nationale d’EELV Marine Tondelier, qui préférerait « taxer les super profits » de TotalEnergies ou donner des chèques carburant « à ceux qui en ont le plus besoin ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici