À Dreux, Intelcia recrute plus facilement grâce au télétravail

0
57
Sur le plateau d'Intelcia à Dreux, la moitié des salariés environ ont choisi d'effectuer une partie de leur temps de travail à distance, en fonction de leurs contraintes personnelles.

Ce groupe marocain spécialisé dans la relation client mise sur le développement du travail à distance à grande échelle pour attirer 120 nouveaux salariés d’ici la fin de l’année.

Chez Intelcia à Dreux (Eure-et-Loir), le télétravail a vraiment changé la donne. Ce groupe marocain qui emploie environ 600 personnes dans ce centre d’appels spécialisé dans les mutuelles et les assurances, propose désormais à ses salariés une organisation « à la carte » qui inclut une bonne dose de travail à distance.

« Pour nous, c’est clairement devenu un argument pour pouvoir recruter en permettant aux gens de mieux allier vie professionnelle et vie personnelle », explique le directeur, Rachid Meknaoui, qui insiste sur la nécessité de se différencier dans un marché du travail encore tendu, et dans un secteur où le turnover est rapide, avec des rémunérations au smic.


À lire aussiSobriété énergétique : oui, le télétravail peut faire baisser la consommation d’énergie


Pour les parents, célibataires ou non, il y a par exemple la possibilité de faire trois jours de télétravail, en temps complet ou partiel. Si l’on habite loin, on peut travailler quatre jours sur cinq à distance. Il existe aussi une formule pour les étudiants, avec 8 à 24 heures de travail par semaine, et une autre pour les seniors en reconversion, avec trois jours de travail à distance en temps complet ou partiel.

« Un jour de télétravail par semaine génère 800 euros d’économie par an en essence et usure du véhicule »

Rachid Meknaoui, directeur d’Intelcia à Dreux

Pour être encore plus convaincant, le groupe, qui emploie 4.000 personnes en France sur dix sites, a même fait évaluer en interne le gain financier que les salariés peuvent tirer du télétravail. Il a mené une enquête auprès de ses collaborateurs et conclu qu’un jour de télétravail par semaine générait 800 euros d’économie par an en essence et usure du véhicule pour ceux qui vont travailler en voiture, ce qui est le cas de 90 % des salariés à Dreux.

« On a lancé ces formules il y a quelques mois et j’ai l’impression que c’est probant car les recrutements nous semblent moins difficiles que l’an dernier, on a plus de candidats », ajoute le directeur.

Depuis le début de l’année, une centaine de nouveaux salariés ont intégré Intelcia à Dreux et 120 recrutements supplémentaires sont prévus d’ici la fin 2023.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici