Agression de Bruno Guillon : deux suspects interpellés après le violent home-jacking dont l’animateur a été victime

0
19
Paris (75), mercredi 17 janvier 2018. Bruno Guillon a été choisit par France 2 pour reprendre les rênes des «Z'Amours» à partir du 1er février. Grand favori à la succession de Tex, le matinalier de Fun Radio accorde une interview exclusive au Parisien peu de temps après avoir officialisé la nouvelle sur son compte Twitter. © Arnaud Dumontier

Fin septembre, Bruno Guillon et sa famille avaient été victimes d’un cambriolage traumatisant en pleine nuit, à leur domicile de Tessancourt-sur-Aubette dans les Yvelines.

Quinze jours après ce violent home-jacking subi par l’animateur de France 2 et de Fun radio dans la nuit du 26 au 27 septembre dernier, deux individus ont été interpellés par les enquêteurs de la police judiciaire de Versailles (Yvelines), selon les informations du JDD que Le Parisien est en mesure de confirmer.

Cette nuit-là, selon Bruno Guillon qui était chez lui avec sa femme et son fils de 14 ans, quatre hommes étaient entrés par effraction dans son domicile de Tessancourt-sur-Aubette, dans les Yvelines, en brisant la vitre d’une chambre d’ami, au rez-de-chaussée de l’habitation, avant de se rendre dans la chambre parentale. Pour dissimuler leur identité, ils portent des casquettes, des capuches et des masques chirurgicaux.

Les malfaiteurs les ont ensuite séquestrés, et sous la menace d’une arme de poing et d’un marteau, ont dérobé de l’argent, des bijoux, des montres et des sacs de luxe. Un préjudice estimé à plusieurs dizaines de milliers d’euros.

« On est en vie, c’est l’essentiel »

De retour à l’antenne de Fun Radio le sur lendemain du drame, au cours duquel personne n’a été blessé mais par contre extrêmement choqué, Bruno Guillon avait livré quelques détails de ces instants traumatisants. Avant d’évoquer rapidement une agression qui l’a « bouleversé », même si « on est en vie, c’est l’essentiel », l’animateur, tout de même très ému, a tout tenu à prendre l’épisode avec un peu de dérision.

Il a par exemple tenu à révéler les enseignements qu’il en tirait. « J’ai retenu deux choses. D’abord, on n’est riche que de ses amis », a-t-il notamment exprimé, avant de remercier ses proches et son public pour les « milliers de messages » de solidarité reçus après la révélation de sa mésaventure : « J’en ai reçu plus que pour mon anniversaire. Quand il n’y a pas besoin d’acheter de cadeau, il y a du monde ! »

Il a ensuite ajouté avec le même humour : « Le deuxième truc, c’est qu’il faut garder un slip quand on dort car on ne sait jamais comment on va être réveillé le matin. J’ai passé une demi-heure avec un pétard sur le front – pas la cigarette qui fait rire, le revolver -, les mains attachées dans le dos, et à poil ! »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici