Alain Delon : les gendarmes ont saisi des dizaines d’armes dans sa propriété de Douchy

0
32
Sur les traces d'Alain Delon, dans le village où il habite une très grande résidence historique depuis les années 60, aux abords de la petite ville de Douchy-Montcorbon, dans le Loiret. La grille d'entrée du domaine de la Brulerie. On remarque un sigle avec les lettres A (Alain) M (Mireille) et un D (pour Delon et Darc) © LP/Jean-Baptiste Quentin Douchy

INFO LE PARISIEN. Les forces de l’ordre sont intervenues sur décision de justice, dans un contexte de tensions entre les enfants d’Alain Delon, alors que l’état de santé de l’acteur est fragile.

Toutes confisquées. Les gendarmes ont saisi en fin de semaine dernière des dizaines d’armes à feu dans la propriété d’Alain Delon, à Douchy (Loiret). Une intervention menée sur décision de justice, dans un contexte de tensions entre les enfants d’Alain Delon. Il s’agit d’armes de tir et d’armes de collection, Alain Delon disposant d’autorisations pour en posséder, puisqu’il y a même un stand de tir au sein de la propriété familiale.

Mais les tensions entre les enfants et les inquiétudes concernant l’état de santé fragile de l’acteur ont sans doute poussé la justice à prévenir le moindre risque. « Ma cliente est très inquiète de savoir qu’Alain Delon est gardé sans traitement médical avec des armes à proximité », nous confie Yassine Bouzrou, l’avocat d’Hiromi Rollin.

Selon les investigations des gendarmes, que nous avions révélées, un médecin généraliste qui avait ausculté Alain Delon l’été dernier avait noté que le moral de ce dernier « était faible » et qu’il ne semblait plus « rien attendre ». Il évoquait même « un état d’épuisement physique et psychique avec un risque suicidaire majeur ».

Plus récemment, dans un récent entretien à Elle, Anouchka Delon, la fille de l’acteur, expliquait se rendre « toujours avec son garde du corps » au sein de la propriété familiale. Cette dernière détaillait la passion de son père pour les armes à feu, ajoutant qu’il en a « toute une collection ». Anouchka Delon ajoutait que ses frères, quand ils sont à Douchy « se baladent armés dans la maison », se croyant« au Far West ».

Un accident en 2011 avec une arme de la collection

Des déclarations qui avaient fait vivement réagir Anthony Delon, l’aîné de la fratrie, qui avait répliqué en évoquant l’intérêt d’Anouchka pour les armes à feu, avec lesquelles il l’accuse de s’être exercée ces derniers mois : « Tu as passé l’été à tirer au Glock avec ton chouchou, ex-GIGN et chef de la sécurité de Douchy, pour enfin ramener le pistolet chez toi à Genève en souvenir de papa. Pour quelqu’un qui a horreur des armes, tu semblais bien vaillante et douée selon lui. En ce qui me concerne, il y a longtemps que je ne me promène plus armé », a-t-il longuement répondu.


À lire aussiÀ Genève, dans le fief d’Anouchka Delon : « Si vous trouvez une personne qui en dit du bien dans le coin… »


Ce n’est pas la première fois que les armes à feu de la collection paternelle posent des problèmes à la famille Delon. En 2011, un coup de feu jugé accidentel au septième étage de l’appartement d’Alain Delon à Genève avait gravement blessé une adolescente espagnoleAlain-Fabien Delon, le benjamin de la fratrie alors âgé de 17 ans, organisait une fête de jeunes gens riches et alcoolisés. Lors d’un jeu ou d’une bagarre avec un vieux pistolet du patriarche, absent, un coup de feu était parti et une jeune fille avait été grièvement blessée par balle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici