Allemagne-Ecosse (5-1) : la Mannschaft démarre son Euro en fanfare

0
107
14 June 2024, Bavaria, Munich: Soccer: UEFA Euro 2024, European Championship, Germany - Scotland, preliminary round, Group A, matchday 1, Munich Football Arena, Germany's Niclas F?llkrug (2nd from right) celebrates with teammates after his 4-0 win. Photo: Tom Weller/dpa

Jamais perturbé par des Écossais très vite dépassés, le pays hôte a parfaitement démarré son Euro ce vendredi à Munich, avec une avalanche de buts.

Une orgie de buts pour ouvrir le bal. Nettement supérieure à l’Écosse, la Mannschaft a lancé son Euro sur un carton (5-1), vendredi soir à Munich pour le match d’ouverture de la compétition. Même si la faiblesse des Écossais réduits à dix, relativise la portée de ce large succès, l’Allemagne a effacé une partie de ses doutes.

Enthousiasmants et rythmés, ces Allemands ont évité le piège principal du soir, à savoir tergiverser contre une équipe très regroupée mais habituée à souffrir ensemble. Une vingtaine de minutes a suffi aux pépites Florian Wirtz (10e, 1-0) et Jamal Musiala (19e, 2-0) pour régler l’affaire, d’une frappe mal jugée par le portier écossais pour le joueur de Leverkusen, puis d’un tir tendu après un contrôle orienté somptueux pour le Bavarois. Pour la première fois de l’histoire de l’Euro, deux joueurs de 21 ans ou moins ont marqué dans un même match pour la même équipe.

Déjà à l’agonie, l’Écosse – dont seuls les supporters ont été au niveau – a touché le fond lorsque son défenseur Ryan Porteous a « découpé » Ilkay Gündogan en pleine surface, conduisant Clément Turpin à l’expulser et à accorder un pénalty, transformé facilement par Kai Havertz (43e, 3-0). Toujours plus recroquevillés en infériorité numérique, et sans autre choix que de limiter la casse pour soigner leur différence de buts, les Écossais ont trouvé le moyen d’adoucir la voilure… sans cadrer le moindre tir, grâce à un contre son camp de l’infortuné Antonio Rüdiger (87e, 4-1).

L’Écosse marque sans cadrer un tir

La seule fausse note d’un second acte moins rythmé, au cours duquel la Mannschaft a logiquement géré. Au propre, faisant tranquillement circuler le ballon dans le jeu, mais aussi au figuré, en ménageant ses joyaux Wirtz, Havertz (60e) et Musiala (73e). Ceux-ci ont été relayés par les entrants Nicklas Füllkrug, buteur d’une frappe splendide dans la lucarne (68e, 4-0) et tout proche d’un doublé, refusé à la vidéo pour hors-jeu (76e), puis Emre Can pour clore le bal (5-1, 90e + 3).

Les voyants sont donc au vert pour la Mannschaft, même si une victoire d’entrée ne procure aucune garantie quant à la suite. Outre-Rhin, personne n’a oublié que le festival offensif pour inaugurer la dernière grande compétition à la maison, face au Costa Rica en 2006 (4-2), n’avait pas empêché l’Allemagne de tomber en demie. Mais Toni Kroos et les siens se sont tout de même ôté une sacrée pression avant de retrouver la Hongrie mercredi. Et peut-être, avec une telle différence de buts et au jeu des meilleurs troisièmes, déjà validé leur qualification en huitièmes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici