Au Mexique, les chefs d’État latino-américains promettent de respecter le droit de migrer

0
20

Le Mexique a accueilli dimanche le premier sommet latino-américain sur la migration, à Palenque, dans l’État du Chiapas. Douze nations étaient convoquées. Ni les États-Unis, ni l’ONU n’étaient invités. L’initiative avait pour objectif de définir une position commune sur les solutions à apporter pour résoudre la crise migratoire. En août, 83 000 personnes ont été arrêtées sur le territoire selon l’Institut national de la migration, un record absolu.

Les flux de personnes migrants n’ont jamais été aussi importants sur le continent sud-américain. Des milliers de personnes prennent la route vers le nord, avec pour destination la frontière américaine. Le Mexique est un lieu de passage : l’État du Chiapas, au sud du pays, est la porte d’entrée des migrants d’Amérique centrale, du Venezuela, de Cuba ou encore d’Haïti en route vers les États-Unis.

C’est dans cet État mexicain que s’est tenu ce dimanche 22 octobre un sommet régional sur l’immigration, en présence des dirigeants de Cuba, d’Haïti, du Honduras, du Venezuela. Le Salvador, Costa Rica, Équateur, Belize, Guatemala et le Panama étaient aussi représentés.

Dans une déclaration commune, les chefs d’État latino-américains ont promis dimanche 22 octobre de respecter le droit de migrer, rapporte notre correspondante à Mexico, Gwendolina Duval. Parmi les points abordés par les dirigeants, il a été question de créer des politiques migratoires au sein des pays d’origines, pour permettre aux migrants de régulariser leur situation plus facilement.

(Et avec AFP)


Lire la suite sur RFI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici