Aubervilliers : ce que l’on sait de la mort d’un jeune homme à scooter après une collision avec une voiture de police

0
75
GUERMANTES ( SEINE ET MARNE ) , 15/10/2020 . DANS LE CADRE DE L'ENQUETE SUR L'ENLEVEMENT ET LE MEURTRE D'ESTELLE MOUZIN EN 2003 POUR LESQUELS ILS SONT MIS EN EXAMEN , MICHEL FOURNIRET ET SON ANCIENNE EPOUSE MONIQUE OLIVIER ONT ETES TRANSPORTES SUR LES LIEUX DE LA DISPARITION DE LA FILLETTE Illustration police

Un jeune qui circulait sur un scooter est décédé après une course-poursuite avec la police. Deux enquêtes ont été ouvertes dont une confiée à l’IGPN. Les forces de l’ordre évoquent un refus d’obtempérer.

Un jeune homme qui circulait à scooter à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) est décédé mercredi soir après la collision de son deux-roues avec une voiture de police, nouveau drame lié à une course-poursuite avec les forces de l’ordre.Que s’est-il passé ?Les faits ont eu lieu en début de soirée à Aubervilliers. « Vers 19h20, un deux-roues monté par deux individus casqués commet un refus d’obtempérer. Un équipage de police le poursuit », d’après le récit d’une source policière à l’AFP.« Le scooter en fuite percute un second équipage avec ses avertisseurs sonores et lumineux activés, arrivant en face », a ajouté cette source, précisant que l’« équipage ayant fait une embardée à la suite d’un refus de priorité commis par un tiers, il n’a pas pu éviter l’impact avec le scooter, malgré une manœuvre de contournement ».

D’après une source proche de l’enquête, des caméras de la ville ont filmé les faits.Dans une vidéo amateur transmise à l’AFP, on voit un pompier effectuer un massage cardiaque sur une personne.

Le décès du conducteur, né en 2005, a été déclaré quelques heures après les faits. Il avait été victime d’un premier arrêt cardiaque avant d’être réanimé et transporté à l’hôpital, selon cette source. Il habitait la cité des 4 000 à La Courneuve (Seine-Saint-Denis), a indiqué une source policière au Parisien, confirmant une information du site Actu17.Deux enquêtes ouvertesDeux enquêtes ont été ouvertes, a indiqué le parquet de Bobigny. La première a été confiée à l’Inspection générale de la police nationale (IGPN). La seconde, pour refus d’obtempérer aggravé, a été confiée au service de traitement judiciaire des accidents de la préfecture de police.Le passager du deux-roues a été placé en garde à vue, selon une source policière. Les témoins rencontrés sur place par l’AFP réfutaient la thèse policière du refus d’obtempérer.


À lire aussi« Ils prennent tous les risques » : en France, un refus d’obtempérer toutes les vingt minutes
« J’ai entendu un boum de chez moi, je suis sorti et j’ai vu deux petits au sol, le scooter renversé avec un sac de livraison », a raconté à l’AFP un voisin qui a requis l’anonymat.Peu après minuit, des agents de l’établissement public territorial Plaine Commune s’affairaient à ramasser les débris restants, le scooter et la voiture de police n’étant plus sur la scène, a constaté une journaliste de l’AFP. Des projections de sang étaient visibles sur une camionnette en stationnement. Au sol, du sable recouvrait les autres traces de la collision.Plusieurs drames récents dont NahelCe drame vient s’ajouter aux nombreux cas récents de jeunes morts ces derniers mois en France lors de courses-poursuites avec la police.Le 9 décembre 2023, deux adolescents de 17 ans sont morts des suites de l’accident de leur scooter à Chelles (Seine-et-Marne), consécutif à un refus d’obtempérer. Le 16 décembre, un homme de 22 ans décédait dans des circonstances similaires à Marseille (Bouches-du-Rhône).

Auparavant, dans la nuit du 6 au 7 octobre, un jeune homme de 23 ans est mort dans un accident de scooter alors qu’il était poursuivi par des policiers municipaux à Saint-Priest (Rhône).Deux mois plus tôt, dans la nuit du 5 au 6 août, à Limoges, deux jeunes circulant à scooter étaient morts après avoir percuté un véhicule en tentant d’échapper à un contrôle de police.Ces deux décès à Limoges intervenaient un peu plus d’un mois après la mort, fin juin, de Nahel, 17 ans, tué par un tir policier lors d’un contrôle routier à Nanterre. Sa mort avait déclenché plusieurs nuits de violences urbaines de très forte intensité dans le pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici