Boris Johnson joue son avenir politique devant le Parlement

0
50

Le « Partygate » n’en finit plus de poursuivre Boris Johnson. Il s’explique devant une commission parlementaire qui peut, in fine, décider de le suspendre.

GRANDE BRETAGNE – Fin de party ? Boris Johnson joue son avenir politique ce mercredi 22 mars lors d’une audition télévisée au cours de laquelle il sera longuement interrogé sur les fêtes organisées à Downing Street pendant le Covid.

L’audition devant une commission parlementaire doit débuter dans l’après-midi et durer entre deux et quatre heures. L’ancien chef du gouvernement conservateur de 58 ans, poussé à la démission en juillet dernier après une série de scandales dont celui du « partygate », a déjà rendu public sa défense, plaidant la bonne foi dans un mémo de 52 pages publié mardi, où il pointe du doigt ses principaux conseillers.

La commission doit déterminer si Boris Johnson a menti délibérément à la Chambre des Communes, notamment lorsqu’il a affirmé en décembre 2021 devant les députés que « les règles ont tout le temps été respectées » à Downing Street pendant la pandémie.

Le « partygate », ces révélations en cascade, pendant des mois, sur les fêtes arrosées à Downing Street en plein confinement, avait suscité la colère des Britanniques qui avaient dénoncé un « deux poids deux mesures » intolérable.

BoJo et Rishi Sunal ont payé une amende

Après une enquête de police, Boris Johnson et sa femme Carrie ont déjà reçu une amende en 2022 pour avoir participé à une fête surprise organisée à l’occasion de l’anniversaire du dirigeant en juin 2020. L’actuel Premier ministre Rishi Sunak s’y trouvait aussi et a aussi dû payer une amende.

Si la commission conclut qu’il a menti, Boris Johnson risque de perdre son siège de député, compromettant le reste de sa carrière politique et ses espoirs de revenir un jour à Downing Street.

Dans sa défense publiée sous forme de « preuves écrites », il affirme qu’il « assume l’entière responsabilité de tout ce qui s’est passé sous (sa) surveillance » à Downing Street. Il reconnaît également que « plusieurs jours »« il y a eu des rassemblements » au 10 Downing Street. « Ils n’auraient jamais dû avoir lieu », poursuit-il en présentant ses excuses aux Britanniques.

« Il est bien sûr vrai que mes déclarations au Parlement selon lesquelles les règles avaient été suivies à tout moment ne se sont pas avérées exactes », écrit-il. « Mais lorsque ces déclarations ont été faites, elles l’ont été en toute bonne foi et sur la base de ce que je savais et croyais honnêtement à l’époque », ajoute-t-il, en expliquant qu’il s’était basé sur ce que lui avaient dit ses principaux conseillers.

Un rapport préliminaire accable Boris Johnson

Selon des témoignages d’anciens fonctionnaires, Boris Johnson aurait pourtant plaisanté durant une fête organisée en novembre 2020, affirmant qu’elle était « la moins respectueuse de la distanciation sociale dans tout le Royaume-Uni ». Dans un rapport préliminaire début mars, la commission a indiqué que les éléments recueillis « suggèrent fortement » que les violations des règles anticovid devaient être « évidentes » pour Boris Johnson.

S’il a démissionné en juillet après trois ans au pouvoir, Boris Johnson a tenté un retour fin octobre quand son éphémère successeure, Liz Truss, a quitté Downing Street. Malgré les scandales à répétition, ses supporters continuent de penser qu’il a été trahi par ses collègues conservateurs et voient l’audition de mercredi comme une chasse aux sorcières.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici