Cergy : un journaliste indépendant ligoté chez lui par des malfaiteurs pour de l’argent

0
19
PARIS ( 14.09.2016 ) ILLUSTRATION D'UN VEHICULE DE LA POLICE NATIONALE. PHOTO LE PARISIEN OLIVIER BOITET

Deux individus se sont présentés chez cet homme de 52 ans, à Cergy (Val-d’Oise), en prétextant un problème de wi-fi. Ils l’ont ligoté et menacé avant de partir avec des objets de valeur.

Deux jeunes hommes ont été interpellés mercredi 10 mai pour un vol avec violence et séquestration commis à Cergy (Val-d’Oise). Âgés de 17 et 20 ans, ils ont été déférés au tribunal judiciaire de Pontoise le lendemain. L’audience au cours de laquelle le suspect majeur devait être jugé en comparution immédiate a été renvoyée en septembre. L’autre suspect, mineur, sera présenté à un juge des enfants. Les deux prévenus ont été placés tous deux sous mandat de dépôt dans l’attente de leur procès, l’un à la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis (Essonne), le second à la maison d’arrêt du Val-d’Oise, à Osny.

Les faits remontent au 14 janvier. Deux hommes se présentent à la porte de l’appartement de la victime. Ils évoquent un problème de connexion wi-fi. L’homme de 52 ans leur ouvre la porte. Les deux individus s’engouffrent aussitôt et empoignent ce dernier. Ils l’attachent sur une chaise à l’aide de ruban adhésif. Ils déroulent celui-ci sur sa bouche pour l’empêcher de crier.

De l’ADN retrouvé sur place

L’un des deux malfaiteurs menace cet homme qui exerce la profession de photojournaliste indépendant de revenir avec des armes s’il ne se montre pas coopératif. Le second fouille l’appartement en intégralité. Les deux hommes finissent par repartir avec un butin composé de divers bijoux, du téléphone de la victime, de sa carte bancaire et de son brassard « presse ». Après leur départ, celle-ci a réussi à se libérer de ses liens et contacter la police.

Les prélèvements réalisés sur les lieux par les enquêteurs de Cergy ont permis de retrouver l’ADN d’un des individus, sur le scotch entravant le cou de la victime et sur un gant en latex abandonné sur place. Les investigations téléphoniques permettaient de géolocaliser ce même individu sur le lieu de commission des faits mais également d’identifier son complice mineur.

Une opération d’interpellation a été déclenchée le 10 mai, à Cergy et en Seine-et-Marne. Lors de leur garde à vue, les deux suspects n’ont apporté aucune réponse quant aux actes commis. L’un a préféré user de son droit au silence. Le prévenu mineur s’en est tenu à des propos laconiques.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici