Deuil, manifestations et colère après “le pire accident ferroviaire de l’histoire en Grèce”

0
68

Les Grecs s’apprêtent à manifester vendredi, pour demander des comptes à leur gouvernement, après la mort de près de 60 personnes dans une collision frontale entre deux trains trois jours plus tôt. Les cheminots aussi sont appelés à la grève pour la deuxième journée consécutive.

Entre douleur et colère, les Grecs vont à nouveau manifester, vendredi 3 mars, au troisième jour de deuil national observé dans un pays traumatisé par la catastrophe ferroviaire qui a fait 57 morts, dont beaucoup de jeunes étudiants.

Dans la capitale et dans toutes les villes de Grèce, la population est appelée à manifester en silence vendredi soir sur le thème “Nous pleurons nos morts, nous demandons la vérité”.

La fureur des Grecs ne devrait pas tarir malgré le mea culpa du gouvernement sur les défaillances “chroniques” du réseau ferroviaire qui ont conduit à la tragédie, l’une des plus graves qu’a connu la Grèce.

“Tragédie indescriptible”

Les cheminots aussi sont appelés à la grève vendredi, pour la deuxième journée consécutive. La confédération des syndicats du rail dénonce “le manque de respect dont ont fait preuve les gouvernements au fil du temps envers les chemins de fer grecs, ce qui a conduit” à cette catastrophe.

Les Grecs sont éplorés à l’image de ce drapeau grec, aux rayures blanches brisées comme des wagons démembrés, qui s’affiche dans un fond noir sur les réseaux sociaux.

“Pourquoi la Grèce n’apprend-elle qu’après les tragédies?”, demande vendredi en Une le journal Ta Nea (gauche).

Avec AFP


Lire la suite sur FRANCE 24

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici