Élections en Turquie : Erdogan sous les 50%, vers un second tour

0
40
A supporter of Turkish President Tayyip Erdogan waves flags outside the AK Party headquarters, in Ankara, Turkey May 15, 2023. REUTERS/Umit Bektas

C’est la première fois que le chef de l’Etat, 69 ans, serait contraint à se présenter une deuxième fois devant les électeurs faute d’avoir réuni 50% des voix.

Un second tour le 28 mai semble désormais avéré. Les deux prétendants au pouvoir en Turquie, le président sortant Recep Tayyip Erdogan et son adversaire, Kemal Kiliçdaroglu, se disent tous deux en mesure de l’emporter à l’issue du scrutin de dimanche.

Pas tout à fait une victoire, mais certainement pas une défaite pour Erdogan, autocrate islamo-conservateur à la tête du pays depuis vingt ans, qui s’est affirmé convaincu devant une marée de partisans exultant au cœur de la nuit « de servir encore son pays pendant cinq ans ».

Le président Erdogan, et sa femme, saluant leurs partisans à Ankara.
Le président Erdogan, et sa femme, saluant leurs partisans à Ankara.

Même confiance affichée par son rival, qui a promis à son camp qu’il allait « absolument gagner au second tour », faisant valoir « le besoin de changement dans la société ».

Au soir d’une élection qui a vu une mobilisation sans précédent de l’électorat, malgré la crise et trois mois après le séisme dévastateur du 6 février, le « reis » de 69 ans affirme être « clairement en tête » de la présidentielle, mais prêt à « respecter » un second tour s’il est nécessaire.


À lire aussiÉlection présidentielle en Turquie : Erdogan n’est plus inébranlable


« Nous ne savons pas encore si l’élection est terminée avec ce premier tour mais si le peuple nous emmène au second tour, nous le respecterons » a-t-il promis.

C’est la première fois que le chef de l’Etat, 69 ans, serait contraint à se présenter une deuxième fois devant les électeurs faute d’avoir réuni 50% des voix.

Le 3e candidat à 5%

Face à lui, le social-démocrate Kemal Kiliçdaroglu, un ancien haut fonctionnaire de 74 ans qui emmenait une coalition inédite de six formations de l’opposition, était donné régulièrement en tête par les instituts de sondages, même d’une courte tête.

Le candidat social-démocrate Kemal KiliçdarogluREUTERS/Yves Herman
Le candidat social-démocrate Kemal KiliçdarogluREUTERS/Yves Herman REUTERS

Mais selon les résultats portant sur 95% des bulletins, il totalisait tout juste 45% des voix à 03H30 lundi (00H30 GMT) selon l’agence officielle Anadolu.

Son camp a immédiatement contesté ce chiffre, affirmant que les résultats des bureaux de vote les plus favorables au candidat restaient bloqués dans le système de la Commission électorale (YSK).

« Vous entravez la volonté de la Turquie. Mais vous ne pouvez pas empêcher ce qui va advenir, nous n’accepterons jamais le fait accompli » a prévenu M. Kiliçdaroglu.

Le troisième candidat, Sinon Ogan, dissident du parti nationaliste MHP crédité d’environ 5% des voix, s’apprête à les négocier sans préciser avec qui.

En soirée, les deux camps se sont livrés une bataille de chiffres, enjoignant à leurs observateurs respectifs de rester sur les lieux de dépouillement « jusqu’au bout ».

« On veut la révolution française »

Toute la journée, les urnes s’étaient remplies à grande vitesse de grosses enveloppes couleur moutarde déposées par des électeurs enthousiastes qui ont parfois attendu plusieurs heures avant de pouvoir voter.

Le taux de participation, semble-t-il proche de 90%, n’a pas été communiqué officiellement. Les 64 millions d’électeurs devaient aussi choisir les 600 députés qui siégeront au parlement monocaméral à Ankara. Erdogan en a revendiqué « la moitié » pour son camp.


À lire aussiÉlections en Turquie : ces jeunes qui rêvent de l’après-Erdogan


En 2018, lors de la dernière présidentielle, le chef de l’Etat l’avait emporté au premier tour avec plus de 52,5 % des voix. Ce ballottage constitue donc déjà un revers pour M. Erdogan, qui a su développer son pays et le tirer vers la prospérité avant une dérive autocratique. Et un encouragement pour la vision laïque et pro-démocratie de Kemal Kiliçdaroglu, à la tête du CHP, le parti de Mustafa Kemal Atatürk, fondateur de la Turquie moderne.

« Pour le dire simplement, on veut la révolution française : Egalité, liberté, fraternité, parce que ces 20 dernières années, tout ça a disparu », estimait ainsi dans un quartier huppé d’Istanbul Ulvi Aminci, 58 ans, jean bleu et tatouage sur la main.

« Je dis continuez avec Erdogan », implorait au contraire Nurcan Soyer, foulard sur la tête, devant le bureau de vote d’Erdogan sur la rive asiatique.

Dans la ville meurtrie d’Antakya, l’ancienne Antioche (sud) ruinée par le séisme de février, Mehmet Topaloglu, arrivé parmi les premiers, réclamait « du changemen t: ça suffit ».

M. Kiliçdaroglu emmenait un front uni de six partis de la droite nationaliste au centre gauche libéral censée lui garantir la victoire, avec le soutien du parti prokurde HDP, troisième force politique du pays.

M. Erdogan se présentait en revanche devant un pays usé par une crise économique, avec une monnaie dévaluée de moitié en deux ans et une inflation qui a dépassé les 85% à l’automne.

Malgré tout, « le peuple a choisi la stabilité et la sécurité lors de cette élection présidentielle », a-t-il affirmé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici