Épinay-sur-Seine : suspectés de vols dans des voitures, ils se retranchent chez eux et sont arrêtés par le Raid

0
11
CEREMONIE D'INTRONISATION DU NOUVEAU DIRECTEUR GENERALE DE LA POLICE NATIONALE ERIC MORVAN A VELIZY-VILLACOUBLAY / ILLUSTRATION POLICE RAID

La police a procédé samedi matin à l’interpellation de sept personnes suspectées de se livrer à des vols à la roulotte dans la ville, notamment rue de Marseille. L’unité d’élite a dû intervenir alors que ces hommes, retranchés, menaçaient les policiers depuis leur fenêtre.

Ils sont suspectés de commettre des vols dans des voitures, et de participer à du recel. Sept hommes ont été interpellés samedi en fin de matinée à Épinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis), après une intervention du Raid, a-t-on appris ce dimanche de source policière. Ils ont été placés en garde à vue.

Les policiers avaient été prévenus vers 7 heures du matin par un témoin, qui aurait aperçu ces « roulottiers » présumés en pleine action dans la rue de Marseille, dans le quartier d’Orgemont. À leur arrivée sur place, les forces de l’ordre ont aperçu trois suspects prendre la fuite, et s’engouffrer dans un immeuble de cette même rue. Au même moment, au n° 27, ils ont également aperçu un homme à une fenêtre, qui brandissait une arme en leur direction.

Ils menaçaient les policiers avec une arme factice

Un périmètre de sécurité a alors été mis en place. Considérant la situation très délicate, des policiers du Raid, l’unité d’élite de la police nationale française, ont été appelés en renfort. À leur arrivée, peu après 10 heures du matin, des négociations ont alors été menées durant une trentaine de minutes, sans succès.

L’unité d’intervention a donc pénétré dans l’appartement et interpellé les sept individus qui étaient à l’intérieur. Ils ont également perquisitionné divers objets qui pourraient avoir été volés, ainsi qu’une arme, qui n’était en réalité qu’une arme factice, utilisée pour pratiquer de l’Airsoft.

Grâce aux caméras de vidéosurveillances, qui ont été visionnées par le centre de supervision urbain (CSU), les trois roulottiers initiaux ont été formellement identifiés. L’enquête a été confiée au commissariat local.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici