France-Chili (3-2) : « Mbappé sifflé ? C’est décevant, pour ne pas dire autre chose », regrette Didier Deschamps

0
101
France's head coach Didier Deschamps looks on during the friendly football match between France and Chile at the Stade Velodrome in Marseille, southern France, on March 26, 2024. (Photo by FRANCK FIFE / AFP)

L’équipe de France s’est imposée (3-2) ce mardi soir à Marseille contre le Chili en match amical. Plus convaincant offensivement que face à l’Allemagne, elle a encore souffert défensivement. L’analyse du sélectionneur.Par Dominique Sévérac

Du mieux devant, des doutes encore derrière. Les Bleus ont gagné (3-2) face au Chili ce mardi soir à Marseille en amical, trois jours après la défaite contre l’Allemagne (0-2) à Lyon. S’ils ont montré de l’allant offensivement malgré un Kylian Mbappé terne, ils ont encore offert beaucoup de largesses à l’adversaire. En conférence de presse, Didier Deschamps, le sélectionneur national, est venu livrer son analyse à la sortie de cette séquence internationale.

Que retenez-vous de ce rassemblement, rien ou quand même des enseignements ?

DIDIER DESCHAMPS. (Ironique) Vous êtes optimiste ! Je ne vais pas sauter au plafond ce soir. C’est bien d’avoir gagné. Marquer trois buts, c’est toujours bien. Mais on en prend encore deux. C’est lié au niveau de forme qui n’est pas optimale, du point de vue de l’énergie. Il y avait pas mal de soucis chez les uns et les autres. J’ai été joueur aussi. Il y a des échéances derrière. Ils étaient un peu dans la gestion. Ils ont fait ce qu’il fallait avant et il faudra faire différemment en juin. Il faudra que l’on ait de la fraîcheur.

Avez-vous levé des incertitudes dans l’optique de la liste des 23 ?

Il y a des réponses supplémentaires. L’objectif était de mettre tous les joueurs de champ en situation. 18 sur 20 ont débuté l’un des deux matchs. Avec mon staff, on est toujours dans l’anticipation. Il n’y avait pas d’incertitudes avant. Il faudra beaucoup plus en juin.

Vous avez toujours accordé votre confiance à Randal Kolo Muani, qui vous l’a bien rendue…

Plus que vous ! C’est son mérite ! Randal avait de la fraîcheur, j’ai parlé avec lui aussi. Il y a son positionnement, ses qualités de vitesse et de percussion. Il peut encore faire mieux. Les joueurs sont habitués dans leur club à faire des choses, moi, je leur demande des choses différentes. Pas forcément offensivement mais aussi défensivement. Je suis content pour lui. Bravo à lui ! Il a fait tout ce qu’il fallait. Il a le potentiel et la confiance est très importante aussi.

« Certains ont géré, n’ont pas pris de risques »

Vous insistez sur l’état de forme. Pourquoi plus cette fois que les autres années ?

Ce rassemblement de mars a été plus difficile que les précédents. Certainement l’accumulation. La saison commence tôt. Des joueurs sont arrivés avec des problèmes. Certains ont des enjeux très importants derrière. Ce n’est pas qu’ils ne veulent pas mais ils ont géré, n’ont pas pris de risques et avec cet état d’esprit là, deux joueurs se sont blessés, ce qui ne donne pas envie de prendre des risques. Sur la phase de qualification, ils ont fait ce qu’il fallait. En Allemagne, quand ça ne comptait pas trop, ils ont géré. La rigueur défensive n’a pas été bonne sur ce rassemblement. Je n’ai rien fait pour, non plus. J’ai changé les quatre joueurs à chaque fois derrière au détriment des automatismes.

Que vous inspire la qualification de la Pologne pour l’Euro, qui rejoint votre groupe ?

Notre groupe va être dense et solide. L’Autriche en a mis six. On s’était déjà fait secouer par l’Autriche en Ligue des nations. Il faudra être à notre meilleur niveau. L’adversité en poule est haute. Il faudra être au top.

« Ne vous inquiétez, dans les prochains matchs, Kylian sera là »

Kylian Mbappé est resté muet su ce rassemblement. Comment l’expliquez-vous ?

Expliquer, je ne peux pas expliquer. Demandez-lui, il est venu deux fois devant la presse. Kylian a cette capacité à être très souvent décisif. Quand il ne marque pas deux rencontres, on a l’impression que ça dure depuis trois mois. Ne vous inquiétez, dans les prochains matchs, il sera là. Il se gère aussi un peu compte tenu des échéances. Si je dois aussi m’inquiéter pour Kylian… Il a cette capacité à être dangereux dans tous les matchs mais il a eu peu de situations à bonifier.

Avez-vous été agacé qu’il soit sifflé ?

Je ne suis pas surpris malheureusement. Tout le monde connaît la rivalité et le match de dimanche. Cela ne devrait pas, c’est l’équipe de France. Ce n’est pas spécifique à Marseille. Cela arrive pour d’autres joueurs en province. En compétition, ici, il n’y a pas de souci. Là, c’est amical et il y a le match de dimanche. Allez, je vais être gentil, c’est décevant pour ne pas dire autre chose.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici