Hauts-de-Seine : agressé sur la coulée verte, le porte-voix des cyclistes appelle à occuper l’espace public

0
12
Stein Van Oosteren, de l'association FAR à Vélo, organise un inventaire des problémes pour les cyclistes sur la Coulée verte

Samedi soir, deux hommes au visage masqué ont attaqué Stein Van Oosteren, l’ancien porte-parole du collectif Vélo Île-de-France, alors qu’il se baladait à pied à Châtenay-Malabry. En réaction, le quinquagénaire a lancé le hashtag #AllezDehors.

« Cet endroit, je l’adore, c’est un peu comme si on m’avait attaqué dans mon salon, je ne peux pas tolérer qu’on me le confisque. » Au lendemain de son agression sur la coulée verte à Châtenay-Malabry, des sentiments de colère et de révolte animent Stein Van Oosteren. Il est 22h30 samedi soir lorsque l’ancien porte-parole du collectif Vélo Île-de-France, 50 ans, a été attaqué par deux individus masqué par un foulard alors qu’il était en train de faire, à pied, sa « petite balade de santé », au sud de la Grande Voie des Vignes.

« J’étais seul, je marchais vite et puis j’ai entendu des pas s’approcher derrière moi, rembobine-t-il. Ce ne pouvait pas être des joggeurs parce qu’habituellement, ils me dépassent. Je n’ai pas voulu me retourner tout de suite car je ne voulais pas être parano mais j’ai fini par me retourner et c’est à ce moment qu’il s’est jeté sur moi et m’a plaqué au sol, je suis tombé sous lui. »

Châtenay-Malabry, ce dimanche. Stein Van Oosteren est retourné sur les lieux de son agression, qui s'est déroulée à cet endroit précis de la coulée verte, entre la Grande Voie des Vignes et le pont de l'avenue de la Division-Leclerc. DR
Châtenay-Malabry, ce dimanche. Stein Van Oosteren est retourné sur les lieux de son agression, qui s’est déroulée à cet endroit précis de la coulée verte, entre la Grande Voie des Vignes et le pont de l’avenue de la Division-Leclerc. DR

Instinctivement, le Fontenaysien se met à crier de toutes ses forces « Je n’ai pas d’argent ! » — ce qui était vrai — et à repousser son agresseur. Son complice, resté en retrait, a réussi à prendre la fuite en courant. « Je pense qu’ils ont vu que ça allait être compliqué comme je suis grand, je mesure 2 mètres.

Sous le choc, l’auteur conférencier sur le vélo et la ville s’est immédiatement demandé pourquoi on s’en prenait à lui : « Je me suis toujours dit que cet endroit était un endroit privilégié pour un guet-apens : d’un côté il y a un mur, de l’autre un bois. Et bien voilà ! Là, ils m’ont vu avec mon beau manteau, je marchais, j’étais seul, ils ont certainement dû penser que j’avais de l’argent sur moi, la victime parfaite.»

Insurgé, l’auteur du plaidoyer « Pourquoi pas le vélo ? » a immédiatement publié sa mésaventure sur les réseaux sociaux. Il a aussi diffusé une vidéo des lieux de l’agression avec le hashtag #AllezDehors, invitant les gens à « occuper l’espace » et à refuser un monde où ils devraient « s’enfermer de peur ».

« Je suis très énervé car j’aime cet endroit magique, c’est un parc allongé, une oasis qui nous transporte, la valeur ajoutée pour tous les habitants du sud des Hauts-de-Seine et je veux continuer à en profiter sans avoir peur de l’emprunter », dit-il.

Immédiatement, ses publications ont suscité une avalanche de soutiens dont un message de la maire de Châtillon Nadège Azzaz (PS) : « Soutien cher Stein, tous mes vœux de bon rétablissement. Et oui, il faut impérativement déposer plainte.

Après avoir appelé le commissariat de Châtenay-Malabry pour effectuer une main-courante, Stein Van Oosteren prévoit effectivement de déposer plainte « pour que cela figure au moins dans les statistiques ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici