Irlande-France (0-1) : les Bleus passent au vert

0
15
France's defender Benjamin Pavard celebrates after scoring the opening goal of the UEFA Euro 2024 group B qualification football match between Republic of Ireland and France at Aviva Stadium in Dublin, Ireland on March 27, 2023. (Photo by FRANCK FIFE / AFP)

Ce lundi à Dublin, les Bleus, moins flamboyants que vendredi, ont fait le boulot, grâce à un but de Pavard et des arrêts importants de Maignan en fin de match. La génération Mbappé est bien née, avec déjà six points dans les éliminatoires de l’Euro 2024.

Seule une frappe de bâtard pouvait les réveiller. Au milieu de l’ennui, ce lundi soir à l’Aviva Stadium contre l’Irlande, Benjamin Pavard, spécialiste de canons à pied, a envoyé les Français sur une autre planète. Les voilà, grâce à ça, lancés comme la foudre qui les anime vers une qualification pour l’Euro 2024 et donc arrachés à un scénario qui ressemblait jusque-là à un pensum, une domination stérile et sans panache.

Avec six points en deux rencontres et avant de recevoir la Grèce et d’aller défier Gibraltar au Portugal en juin prochain, les Bleus du capitaine Kylian Mbappé maintiennent une férocité dans la compétition intacte. Ils aiment gagner en séduisant le vendredi et ils aiment gagner en barbant le lundi. Bref, ils aiment surtout gagner et on dirait que le sélectionneur se nomme Didier Deschamps.

Les Irlandais fidèles au « fighting spirit »

Trois jours après la démonstration contre les Bataves (4-0), les hommes de DD ont rangé la tenue de gala sans complètement enfiler le bleu de chauffe. À force de ne jamais changer de rythme, ils ont passé leur vie en attaque placée à ne rien déplacer. Tout ce qui avait brillé au stade de France était éteint à Dublin, les inspirations de Randal Kolo Muani, le point d’appui censé être incarné par Olivier Giroud, le jeu en avançant de la charnière centrale.

Même Mbappé s’est contenté de miettes, trouvant peu de relais avec Adrien Rabiot ou Theo Hernandez pour créer des espaces face à des Irlandais bien organisés et groupés comme à la sortie d’un pub.


À lire aussiIrlande-France (0-1) : les notes des Bleus


Autant les Irlandais n’ont jamais eu aucune chance de marquer, à moins d’un malentendu, autant ils ont été fidèles à leur tradition de bravoure et d’engagement, défendant avec acharnement le 0-0 tant qu’ils pouvaient tenir.

Ils n’avaient pas vu venir Pavard, en feu depuis plusieurs semaines, auteur d’un doublé avec le Bayern Munich il y a deux semaines. Le Bavarois pourra rentrer en Allemagne l’esprit tranquille alors qu’un nouvel entraîneur, Thomas Tuchel, l’attend et qu’il doit le séduire pour conserver sa place. Rien ne vaut un beau but pour marquer des points love.

La merveille de parade de Maignan

Les Bleus de 2023 possèdent les qualités nouvelles de la jeunesse, de la puissance et de la vitesse, sans ôter leur talent individuel, celui immense de leur capitaine vendredi, comme celui de leur ancien latéral que Deschamps a relancé à cette occasion.

Et quand l’Irlande s’est déchaînée pour dix dernières minutes brûlantes, tentant une égalisation inespérée pousser par les 50 000 fervents en furie de l’Aviva Stadium, les Bleus ont trouvé les ressources pour résister et quelques vaillants soldats dans le combat, comme Dayot Upamecano ou Mike Maignan, auteur de deux parades essentielles, dont l’une proche de la merveille juste avant la fin du temps réglementaire sur une tête de Nathan Collins.

Considérant qu’aucune sélection ne vient ici se balader en matchs éliminatoires, il faut prendre cette victoire comme elle est : un encouragement pour la suite, une marche de plus vers la formation d’un noyau dur – Kolo Muani semble s’installer -, une confiance maintenue. Il y a du passage dans la gare de l’équipe de France, certains partent, d’autres arrivent, mais c’est toujours un train qui arrive à l’heure.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici