Le Ramadan 2023 en France commencera le jeudi 23 mars

0
40

Les responsables théologiques de la Grande Mosquée de Paris ont annoncé la date du début du mois sacré de l’islam, au terme de la traditionnelle « nuit du doute ».

RELIGION – C’est un rituel qui concerne chaque année environ cinq millions de Français. Ce mardi 21 mars, la commission religieuse de la Grande mosquée de Paris s’est réunie comme de coutume pour observer les astres et en particulier la Lune, afin de déterminer la date de début du mois sacré de Ramadan. Et celle-ci a été fixée au jeudi 23 mars.

Tous les ans, à l’occasion de la « nuit du doute », cette commission théologique se réunit pour mêler calculs scientifiques et observation lunaire dans le but de décréter quand commence ce mois de prière, de bonnes actions et de jeûne. Une date qui doit coïncider avec un nouveau cycle lunaire.

À l’inverse de la Grande Mosquée de Paris, d’autres instances comme le Conseil français du culte musulman (CFCM) ou le Conseil théologique des musulmans de France (CTMF) ne s’appuient que sur des éléments scientifiques pour déterminer cette date. En l’occurrence, pour 2023, ils l’avaient également fixée au jeudi 23 mars. Au terme de 29 mois de jeûne, ce mois sacré, qui fait partie des cinq piliers de l’Islam, prendra donc fin, selon le CFCM et le CTMF, le jeudi 20 avril. Le lendemain sera célébrée l’Aïd-el-Fitr.

Une aumône fixée à 7 euros

Le ramadan est également la période où d’importants dons sont consentis aux mosquées et salles de prières (environ 2 500 en France). Les musulmans sont invités à acquitter une aumône pour les pauvres, la zakât el-Fitr. Elle a été évaluée cette année à sept euros par personne, a indiqué le CFCM dans un précédent communiqué.

Ce dernier a en particulier appelé les fidèles musulmans à s’associer aux organismes humanitaires et caritatifs « opérant dans notre pays et partout dans le monde, notamment dans les régions touchées par les derniers tremblements de terre en Turquie et en Syrie ».

La France compte entre cinq et six millions de musulmans pratiquants et non-pratiquants, selon plusieurs études sur le sujet (Pew Research Center, Institut Montaigne, Insee, Ined), ce qui fait de l’islam la deuxième religion du pays et de la communauté musulmane française la première en Europe.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici