Législatives 2024: Quand Attal rompt en direct avec… Macron !

0
26

EDITORIAL – Dans son discours au soir du second des législatives, Gabriel Attal a taclé Emmanuel Macron et s’est posé ouvertement en successeur. Non pas en 2027 mais dès demain, au parlement.

Sur le perron de l’hôtel de Matignon, commentant les résultats de ce second tour des élections législatives anticipées, Gabriel Attal a d’abord rappelé qu’il avait été hostile à cette dissolution. Un premier coup porté d’emblée à Emmanuel Macron. Ce désaccord n’a pas empêché le Premier ministre de relever un défi qui semblait pourtant perdu – empêcher le Rassemblement national d’accéder au pouvoir – de prendre la tête d’une campagne annoncée « désespérée ».

Lire aussiLégislatives 2024 : sans Premier ministre et sans majorité absolue, la France ingouvernable ?

Mais le bientôt ex-Premier ministre ne s’en est pas tenu là. Il a osé. Il s’est en effet ouvertement posé, non pas en héritier, mais en successeur. En 2027 pour la prochaine élection présidentielle ? Non, maintenant, demain au parlement, dans la construction minutieuse d’une coalition en mesure de gouverner. Comment « ouvrir » à droite ? Comment « ouvrir » à gauche ? Gabriel Attal ne sera pas le Premier ministre de ces alliances parlementaires d’un nouveau genre. Mais il pourrait en être le mécanicien, celui qui sert de point nodal, celui qui permet d’aboutir, même vaille que vaille, à un projet de gouvernement.

Et, au passage, un ultime coup de patte décoché au chef de l’État puisque le Premier ministre explique que la vie politique va se déplacer de l’Élysée au palais Bourbon. Un tacle à la gorge !

Le tour de force de Gabriel Attal

En rupture sans équivoque avec le président de la République, Attal, leader en campagne, leader de campagne, a réussi un remarquable second tour. Parmi les premiers, sans hésiter, sans barguigner à l’inverse d’Emmanuel Macron, il a appelé à un désistement républicain qui inclurait les candidats LFI. Sans pour autant dissimuler en quoi que ce soit ses divergences fondamentales avec le parti mélenchoniste qui empêchent à jamais toute entente politique ou quelque coalition que ce soit.

Lire aussiRéélu dans les Hauts-de-Seine, Gabriel Attal va néanmoins devoir quitter Matignon

[…]

Lire la suite sur challenges.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici