Les médecins libéraux à nouveau en grève et dans la rue mardi 14 février

0
18
Manifestation nationale à Paris des médecins libéraux pour une revalorisation de la consultation entre le Panthéon et le ministère de la santé PHOTO LE PARISIEN / ARNAUD JOURNOIS

Au bord de la rupture avec l’Assurance maladie et le gouvernement, les médecins libéraux sont appelés à cesser le travail mardi et à manifester à Paris, pour réclamer des hausses de tarifs et s’opposer à une proposition de loi examinée au Sénat.

Les blouses blanches avaient déjà défilé dans les rues de la capitale début janvier. Arnaud Journois/ Le Parisien
Les blouses blanches avaient déjà défilé dans les rues de la capitale début janvier. Arnaud Journois/ Le Parisien

3

Par Le Parisien avec AFP 

Le 12 février 2023 à 08h43

Mardi noir chez les blouses blanches. Les syndicats sortent le grand jeu : fermeture des cabinets, grève de SOS Médecins et manifestation entre le ministère et le Sénat.

Une série d’actions qui en dit long sur l’état des relations, en premier lieu avec l’Assurance maladie. À deux semaines du terme de négociations cruciales pour la profession, un échec n’a jamais paru si probable. Après trois mois sans se dévoiler, la proposition d’une hausse d’à peine 1,50 euro de la consultation de base – de 25 à 26,50 euros – a été vécue comme « une provocation ».

https://platform.twitter.com/embed/Tweet.html?creatorScreenName=le_parisien&dnt=false&embedId=twitter-widget-0&features=eyJ0ZndfdGltZWxpbmVfbGlzdCI6eyJidWNrZXQiOltdLCJ2ZXJzaW9uIjpudWxsfSwidGZ3X2ZvbGxvd2VyX2NvdW50X3N1bnNldCI6eyJidWNrZXQiOnRydWUsInZlcnNpb24iOm51bGx9LCJ0ZndfdHdlZXRfZWRpdF9iYWNrZW5kIjp7ImJ1Y2tldCI6Im9uIiwidmVyc2lvbiI6bnVsbH0sInRmd19yZWZzcmNfc2Vzc2lvbiI6eyJidWNrZXQiOiJvbiIsInZlcnNpb24iOm51bGx9LCJ0Zndfc2hvd19idXNpbmVzc192ZXJpZmllZF9iYWRnZSI6eyJidWNrZXQiOiJvbiIsInZlcnNpb24iOm51bGx9LCJ0ZndfbWl4ZWRfbWVkaWFfMTU4OTciOnsiYnVja2V0IjoidHJlYXRtZW50IiwidmVyc2lvbiI6bnVsbH0sInRmd19leHBlcmltZW50c19jb29raWVfZXhwaXJhdGlvbiI6eyJidWNrZXQiOjEyMDk2MDAsInZlcnNpb24iOm51bGx9LCJ0ZndfZHVwbGljYXRlX3NjcmliZXNfdG9fc2V0dGluZ3MiOnsiYnVja2V0Ijoib24iLCJ2ZXJzaW9uIjpudWxsfSwidGZ3X3ZpZGVvX2hsc19keW5hbWljX21hbmlmZXN0c18xNTA4MiI6eyJidWNrZXQiOiJ0cnVlX2JpdHJhdGUiLCJ2ZXJzaW9uIjpudWxsfSwidGZ3X3Nob3dfYmx1ZV92ZXJpZmllZF9iYWRnZSI6eyJidWNrZXQiOiJvbiIsInZlcnNpb24iOm51bGx9LCJ0ZndfbGVnYWN5X3RpbWVsaW5lX3N1bnNldCI6eyJidWNrZXQiOnRydWUsInZlcnNpb24iOm51bGx9LCJ0Zndfc2hvd19nb3ZfdmVyaWZpZWRfYmFkZ2UiOnsiYnVja2V0Ijoib24iLCJ2ZXJzaW9uIjpudWxsfSwidGZ3X3Nob3dfYnVzaW5lc3NfYWZmaWxpYXRlX2JhZGdlIjp7ImJ1Y2tldCI6Im9uIiwidmVyc2lvbiI6bnVsbH0sInRmd190d2VldF9lZGl0X2Zyb250ZW5kIjp7ImJ1Y2tldCI6Im9uIiwidmVyc2lvbiI6bnVsbH19&frame=false&hideCard=false&hideThread=false&id=1623690528071057409&lang=fr&origin=https%3A%2F%2Fwww.leparisien.fr%2Fsociete%2Fsante%2Fles-medecins-liberaux-a-nouveau-en-greve-et-dans-la-rue-mardi-14-fevrier-12-02-2023-NXE5CAPSPVHCDFRZ2TJ7Z2NCUQ.php&sessionId=d3e92d63d001f5e351db88ab2de357b136104c39&siteScreenName=le_parisien&theme=light&widgetsVersion=aaf4084522e3a%3A1674595607486&width=550px

Loin, très loin des 50 euros exigés par le collectif « Médecins pour demain », à l’origine de précédentes fermetures de cabinet début décembre et pendant les Fêtes, avec le soutien de syndicats contestataires (UFML, FMF). Même les grandes organisations (MG France, CSMF), dont la signature sera incontournable, n’attendent pas moins de 30 euros.

« Nous irons plus loin la semaine prochaine »

Revendiquant également « l’indispensable revalorisation de la visite à domicile », SOS Médecins s’est joint à la mobilisation, appelant ses adhérents à cesser le travail pendant 24 heures à partir de mardi matin.

Cette fronde fera-t-elle bouger les lignes ? « Nous irons plus loin la semaine prochaine », promet déjà le directeur de l’Assurance maladie, Thomas Fatôme, dans un entretien au Quotidien du Médecin. Mais ce ne sera pas sans contrepartie. Un « engagement territorial » est demandé, pour que les praticiens prennent plus de patients et assurent plus de gardes les soirs et week-ends.


À lire aussiGrève des médecins : les généralistes français gagnent-ils vraiment moins que leurs confrères européens ?


Le ministre de la Santé, François Braun, n’en démord pas : « Mon objectif, c’est de répondre aux besoins de santé de la population », affirme-t-il, disant entendre « la colère » des praticiens, « mais aussi celle des Français qui n’arrivent pas à trouver un médecin ».

Un cortège entre Vauban et Panthéon

C’est justement parce que l’offre ne répond pas à la demande que le Parlement envisage d’ouvrir « l’accès direct » – sans prescription médicale – à certains paramédicaux : kinés, orthophonistes et infirmières de pratique avancée.

Newsletter Coronavirus

Le point sur l’épidémie de Covid-19S’inscrire à la newsletter

Toutes les newsletters

Une proposition de loi, soutenue sinon inspirée par l’exécutif, a ainsi franchi l’étape de l’Assemblée et sera débattue mardi après-midi au Sénat, après un passage en commission qui n’a pas dénaturé son contenu. Inquiets d’une possible adoption du texte, les syndicats joueront en même temps leur va-tout dans les rues de la capitale, entre la place Vauban, voisine du ministère, et celle du Panthéon, toute proche de la chambre haute.

Début janvier, sur l’itinéraire inverse, ils avaient réussi à rassembler entre 2 300 et 4 000 manifestants. La jauge pourrait être dépassée, tant les renforts affluent ces derniers jours, de leurs confrères hospitaliers de l’intersyndicale APH aux remuants internes de l’Isni.

« Médecine à deux vitesses »

Même l’Ordre des médecins a annoncé sa participation au cortège, pour dénoncer les « risques de désorganisation des soins » et « de perte de chance pour les patients » que porte selon lui ce projet de « médecine à deux vitesses ».

Les organisateurs se donnent les moyens de faire basculer le rapport de force. Ainsi, la CSMF prévient que « des cars partent de toute la France : Laval, Strasbourg, Metz, Châteauroux, Vierzon, Orléans, Lille, Arras… » et invite ses adhérents à « réserver (leurs) places ».


À lire aussiVIDÉO. «On a des honoraires indécents par rapport au prix des coiffeurs» : les médecins généralistes manifestent à Paris


Le ministre Braun défend malgré tout une réforme censée « favoriser l’exercice coordonné » entre soignants et ainsi « libérer du temps médical ». En attendant les bataillons de carabins formés depuis la suppression du « numerus clausus », c’est selon lui « la seule solution efficace rapidement » sans toucher à la si décriée liberté d’installation des médecins. « Parce qu’entre une offre qui diminue et des besoins de la population qui augmentent… Je ne suis pas magicien ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici