Loi Immigration : Aurélien Rousseau, ministre de la Santé, a présenté sa démission à Élisabeth Borne

0
110
French Health Minister Aurelien Rousseau attends a session of questions to the government at the National Assembly in Paris on December 13, 2023. (Photo by ALAIN JOCARD / AFP)

Plusieurs figures de l’aile gauche de la majorité ont voté contre le texte.

Le gouvernement sortira-t-il intact du vote de mardi soir ? Le ministre de la Santé Aurélien Rousseau, opposé à l’adoption de la loi Immigration, a présenté sa démission à Élisabeth Borne, selon une source ministérielle, confirmant une information du Figaro. On ignorait peu après 1 heure du matin si elle avait été acceptée par la Première ministre.

Un peu plus tôt dans la journée, avant le scrutin, Aurélien Rousseau, ancien directeur de cabinet de la cheffe du gouvernement, mais aussi Sylvie Retailleau (Enseignement supérieur) et Patrice Vergriete (Logement) étaient « allés voir Élisabeth Borne (mardi) et ont mis leur démission dans la balance », avait indiqué une source ministérielle.

Ces trois membres du gouvernement, ainsi que leurs collègues Rima Abdul Malak (Culture) et Roland Lescure (Industrie) et le président de la commission des Lois à l’Assemblée nationale, Sacha Houlié, tous membres de la branche gauche de la macronie, devaient se réunir dans la soirée. Ce dernier avait lui fait savoir un peu plus tôt qu’il voterait contre le texte issu de la Commission mixte paritaire (CMP), dont il présidait pourtant les travaux, et qui accorde de larges concessions à la droite.


À lire aussiLoi Immigration : comment votre député a-t-il voté ?


D’autres députés de l’aile gauche de Renaissance avaient annoncé voter contre, tels Stella Dupont, Cécile Rilhac, Nadia Hai et Éric Bothorel, certains évoquant une « trentaine » de défections, entre contre ou abstentions, dans le groupe de la majorité présidentielle.

L’ancien ministre de l’Agriculture Stéphane Travert a également annoncé voter contre, souhaitant « démarquer (sa) voix de celle du Rassemblement national » et constatant que la version du texte issue de la commission mixte paritaire est « la copie du Sénat ». Allié historique du président, le président MoDem François Bayrou a fait savoir qu’il « n’acceptera pas » un texte sur l’immigration « revendiqué » par le RN, selon des sources concordantes, avant de se raviser.

Élisabeth Borne dénonce un piège

Pour tenter de convaincre les mécontents et les indécis, Élisabeth Borne avait dénoncé mardi soir devant les députés Renaissance une « grossière manœuvre » du Rassemblement national (RN) qui votera en faveur du texte de compromis sur l’immigration, selon des participants à la réunion.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici