Macron dans le Doubs : un bain de foule surprise et des tensions avant son hommage à Toussaint Louverture

0
50
France's President Emmanuel Macron (C) speaks with local residents during a visit to a market in Dole, eastern France on April 27, 2023, before visiting Chateau de Joux for a ceremony. (Photo by Christophe PETIT TESSON / POOL / AFP)

Avant de rendre hommage à Toussaint Louverture, Emmanuel Macron s’est rendu sur le marché de Dole, continuant ainsi de se montrer au contact des Français, comme il s’efforce de le faire depuis la promulgation de la réforme des retraites.

Rien de tel, pour éviter manifestants et casseroles, qu’une petite visite surprise. Emmanuel Macron s’est arrêté, ce jeudi en fin de matinée, au marché de Dole (Jura) avant de se rendre comme prévu au Château de Joux, dans le Doubs, pour un hommage à Toussaint Louverture, lors de la cérémonie du 175e anniversaire de l’abolition de l’esclavage en France.

L’occasion pour le chef de l’État de discuter avec des riverains dans un bain de foule improvisé. « Il continue d’aller au contact des Français pour échanger directement avec eux », a commenté un proche auprès du Parisien.

En début d’après-midi, le chef de l’État a rendu hommage au général franco-haïtien, « inlassable combattant » pour la liberté, depuis le château de Joux dans le Doubs où il fut emprisonné jusqu’à sa mort. Le président a salué la mémoire d’un homme « parti de rien et défiant le monde », au « parcours extraordinaire tout entier tourné contre l’assignation ».

Avant cet hommage appuyé, Emmanuel Macron a été interrogé sur plusieurs sujets du quotidien, de l’inflation à la disponibilité des médecins spécialistes, en passant par le salaire des grands PDG. « Ça choque tout le monde, moi aussi ça me choque », a-t-il réagi sur ce dernier sujet. « Il faut pouvoir gagner plus par le travail », a répondu le chef de l’État à une habitante évoquant la réforme des retraites et le report de l’âge de départ à 64 ans.

Un concert de casseroles prévu

Si les échanges sont plutôt calmes, quelques répliques cinglantes ont tout de même fusé. « Vous dites beaucoup de bêtises depuis cinq ans », lui a notamment assené une ancienne figure des Gilets jaunes de la région, Fabrice Schlegel, après un échange de quelques minutes. « Vous pouvez enfumer les Français, mais c’est la démocratie, vous avez été élu », a-t-il reconnu. « Je cherche à avancer pour le pays », a martelé Emmanuel Macron, qui s’est également prêté au jeu des selfies avec plusieurs habitants de la ville.

Plus tôt, la CGT du Doubs avait annoncé que l’intersyndicale de Pontarlier donnerait « un concert de casseroles au pied du château de Joux ». Il n’a pas fallu bien longtemps en effet pour voir des manifestants tenter de forcer le barrage mis en place par les gendarmes devant le château de Joux. Les forces de l’ordre ont dû faire usage de gaz lacrymogènes pour les repousser, selon un confrère de LCI.

Dans un premier temps, le préfet avait pris un arrêté pour interdire les rassemblements et éviter ce genre d’images. Il a finalement été retiré ce jeudi matin.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici