Taxe foncière, recettes des communes… Le coup de gueule d’un maire contre Emmanuel Macron

0
45
Philippe Guiguen, 1er adjoint (DVD) de Véronique Coté-Millard (UDI), maire des Clayes-sous-Bois, sera candidat aux municipales de 2020, le maire ne briguant pas de nouveau mandat.

Le maire (DVD) des Clayes-sous-Bois, dans les Yvelines, Philippe Guiguen a profité de l’université des mairies de l’Ouest parisien, qui s’est tenu ce mercredi 11 octobre au Port-Marly, pour rappeler la difficulté de trouver des recettes nécessaires au fonctionnement de sa commune.

« J’ai été scandalisé et atterré par ses propos. » L’interview du président de la République au 20 heures de TF1 et France 2 dimanche 24 septembre a été « l’étincelle qui a mis le feu aux poudres » pour Philippe Guiguen, maire (DVD) des Clayes-sous-Bois (Yvelines). « Monsieur Macron est un homme intelligent censé maîtriser tous les rouages du système fiscal français. Mais quand il dit que l’augmentation de la taxe foncière n’est pas la faute du gouvernement mais des communes, c’est faux », lâche le représentant de cette ville de 17 000 habitants.

Un coup de gueule poussé ce mercredi à l’occasion de l’université des maires de l’Ouest parisien (Umop) qui s’est tenue au Port-Marly (Yvelines). Et Philippe Guiguen donne un exemple très concret. Si en 2012, la dotation globale de fonctionnement (DGF) à l’échelle de sa commune était de 3,2 millions d’euros, elle ne représente plus que 300 000 euros en 2023.

« Pendant douze ans, on a réussi avec l’équipe à ne pas augmenter l’impôt mais aujourd’hui ce n’est plus possible », prévient-il. Et de rappeler que « les collectivités disposent principalement de deux ressources que sont la taxe foncière et la DGF ».

La hausse de la taxe foncière, « seule solution »

Avant de se résoudre à une hausse de l’impôt sur son territoire, l’élu a d’abord fait preuve de rationalisation dans ses services, allant même jusqu’à supprimer 10 postes en mairie. Pas suffisant. « Aujourd’hui, la seule solution qu’il me reste est d’augmenter la taxe foncière », regrette-t-il.

Un choix « totalement aberrant » selon lui, mais qui fait suite à la décision du gouvernement de supprimer la taxe d’habitation. Un effet boomerang observé dans de nombreuses collectivités de France. « On n’a plus d’autre choix que d’activer ce seul levier sur les propriétaires qui sont, rappelons-le, des gens ordinaires et non des riches ou des milliardaires », déplore le maire des Clayes.


À lire aussiLa taxe foncière pèse de plus en plus dans les budgets


L’édile tient à préciser qu’il « n’engage que sa seule opinion sur la question » : Plaisir, Maurepas, Montigny-le-Bretonneux, Voisins-le-Bretonneux… Les autres maires de l’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines n’ont pas hésité à lui apporter son soutien en « le rejoignant sur les termes », expliquent-ils.

« Quand je vois la prise de position d’une grande partie des maires de France je me dis que ça ne peut pas durer comme ça. Il y a un mécontentement grandissant sur le sujet, estime le conseiller communautaire de Saint-Quentin-en-Yvelines, qui a adressé mardi un courrier à Emmanuel Macron. L’idéal serait de revoir tous les mécanismes fiscaux existants. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici