Borne, Darmanin… Quand la gauche appelle à voter pour des figures de la macronie face au RN

0
94

Le front républicain quoi qu’il en coûte politiquement face au Rassemblement national. Plusieurs figures de la macronie doivent compter sur les voix de la gauche et le désistement de leurs candidats pour gagner au second tour des élections législatives anticipées, qui ont vu le Rassemblement national arriver en tête le dimanche 30 juin.

C’est le cas dans la 6e circonscription du Calvados, où l’ancienne Première ministre Élisabeth Borne a été, avec 28,93% des suffrages, largement devancée par le candidat d’extrême droite Nicolas Calbrix (36,26% ds voix).

“C’était l’ennemie à abattre”

Le candidat du Nouveau Front Populaire (NFP), Noé Gauchard (23,16% des voix) est en mesure de se maintenir au second tour mais Olivier Faure, le Premier secrétaire du Parti socialiste, a annoncé dimanche soir sur BFMTV son désistement pour “sauver Élisabeth Borne”, tout en reconnaissant que “beaucoup” lui reprocheraient cette décision.

“J’ai salué sa décision qui est Républicaine. On veut s’appuyer sur tous les électeurs républicains pour éviter d’avoir une majorité absolue Rassemblement national au soir du deuxième tour”, a déclaré à BFMTV, l’ancienne locataire de Matignon.

Du côté des électeurs locaux, les avis sont divisés quant au désistement du candidat de gauche. “Moi j’ai 94 ans, je l’ai vécue la guerre, le Poutine j’en veux pas”, dit une électrice âgée. “Ils font barrage au RN, on ne comprend pas trop pourquoi en fait, pour quelle raison, pourquoi ils n’auraient pas la chance de gouverner?”, s’interroge un second citoyen.

Pour sa part, le candidat du RN, en campagne avant le second tour de dimanche prochain, dénonce une hypocrisie du candidat socialiste. “Il avait des mots extrêmement durs contre madame Borne, qui était l’ennemie à abattre, qu’il fallait envoyer à la retraite, dégager. Cinq minutes après les résultats, il appelle à voter pour elle, c’est extrêmement surprenant”, pointe-t-il.

“Prendre ses responsabilités”

La situation est plus ou moins similaire pour l’actuel ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin. Ce dernier, arrivé pour sa part en tête dans sa circonscription de Tourcoing, dans le Nord, sera en duel face au candidat RN Bastien Verbrugghe grâce au désistement de la candidate du Nouveau Front populaire (NFP) Leslie Mortreux, arrivée troisième.

Dans un communiqué, la candidate membre du parti anti-spéciste REV d’Aymeric Caron, associé à LFI, a appelé à “ne pas voter pour le Rassemblement national”, sans aller jusqu’à appeler à voter pour Darmanin.

“Avec seulement 837 voix séparant Gérald Darmanin (…) du candidat du Rassemblement national”, cette trentenaire transgenre, animatrice périscolaire, a décidé de se retirer, soulignant “l’imposture de ce parti raciste, antisocial et mensonger”.

À l’image de la situation calvadosienne, le srutin de dimanche divise très largement les électeurs locaux. “Bien sûr que je le ferai, je suivrai les consignes, déjà pour faire barrage au RN”, dit une électrice de gauche, interrogée par BFMTV sur un potentiel vote pour Gérald Darmanin.

Pour le Parti socialiste local, l’heure n’est pas à la tergiversation, mais au vote pour Gérald Darmanin afin d’éviter que le RN ne passe.

“Même si nous combattons avec détermination la politique qui est menée par Gérald Darmanin, pour autant le Parti socialiste a toujours su prendre ses responsabilités lorsque la République, la démocratie, sont en danger. Par conséquent nous appelons à voter pour le candidat de la majorité présidentielle”, déclare Ali Laazaoui, secrétaire de la section PS de Tourcoing. Selon les résultats définitifs de cette circonscription, environ 800 voix séparent les deux candidats, et le scrutin de dimanche s’annonce extrêmement serré.

Le ministre de l’Agriculture, Marc Fesneau, est également menacé par le RN dans la première circonscription du Loir-et-Cher. Le député sortant du MoDem, élu depuis 2017, s’est qualifié pour le second tour avec 34,56% des suffrages exprimé et est au coude-à-coude avec la candidate RN, Marine Bardet (35,22% des voix). Dans cette circonscription, la gauche n’a cependant pas réussi à se qualifier pour le second tour.

Article original publié sur BFMTV.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici