Chrystelle, la mère de Kayden, 19 mois, mort à la clinique Vauban : « C’est mon acharnement » qui a payé

0
51
Dugny, jeudi. Chrystelle a perdu son fils Kayden, âgé de 19 mois, alors qu'il venait de se faire opérer à la clinique Vauban de Livry-Gargan.

Pour la mère de Kayden, décédé après une opération bénigne sous anesthésie générale à Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis), la suspension temporaire des activités de chirurgie de l’établissement est un soulagement.

« Vous ensoleillez ma journée. » Quand nous apprenons à Chrystelle la décision de l’Agence régionale de santé (ARS) de suspendre temporairement les activités de chirurgie à la clinique Vauban de Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis), sa voix se fait plus claire, plus combative. « La semaine dernière, c’était les deux ans de sa disparition. Je viens de vivre des jours sombres. »

Le 25 mai 2021, son fils de 19 mois est décédé après avoir subi une opération bénigne sous anesthésie générale. Les experts ont conclu que l’enfant était mort à cause d’un bronchospasme (une contraction des bronches), « trouvant son origine dans une analgésie (anesthésie) insuffisante », ce qui a généré une douleur intense à son réveil.


À lire aussiDeux ans après la mort du petit Kayden, les activités de la clinique Vauban à Livry-Gargan suspendues


« Depuis le début, je sais que je ne suis pas folle, réagit-elle ce mardi. Si j’en étais restée à ce que le personnel de la clinique m’a dit sur le moment, que mon fils avait un problème cardiaque, je n’en serais pas là. C’est mon acharnement qui m’a mené jusque-là. On est tellement contents quand les institutions font leur travail. »

L’enquête est toujours en cours

Pour elle, cette suspension temporaire — qui n’est pas seulement motivée par les conditions dans lesquelles son fils est décédé — est une étape importante sur le long chemin pour obtenir « justice pour Kayden ». Peu de temps après le drame, elle a également déposé plainte auprès du commissariat de Livry-Gargan. Une enquête est toujours en cours. Chrystelle sera reçue par la juge d’instruction dans les semaines qui viennent.

Elle a aussi saisi le conseil de l’ordre des médecins de Seine-Saint-Denis. « Dans une décision collégiale, l’assemblée s’est associée à ma plainte et s’est prononcée pour un passage en chambre disciplinaire. C’est assez historique », se félicite-t-elle. Là encore, la procédure est en cours, confirme le président du conseil de l’ordre, précisant que la date de cette audience n’est pas fixée.

Deux ans après la mort de son fils, Chrystelle a déménagé en Seine-et-Marne et s’apprête à commencer un nouveau travail chez le bailleur qui l’emploie. Elle reprend pied, petit à petit. « Les enfants vont mieux donc je vais mieux », résume-t-elle. À 3 ans et demi, poursuit-elle, le jumeau de Kayden a retrouvé le sommeil et s’apaise doucement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici