« Cinq ans que je vis en enfer » : plusieurs victimes de Gérard Depardieu témoignent à visage découvert

0
14
(FILES) In this file photo taken on May 22, 2015 French actor Gerard Depardieu attends a press conference for the film "Valley of Love" at the 68th Cannes Film Festival in Cannes, southeastern France. - Thirteen women accuse Gerard Depardieu, already under investigation for suspicions of rape and sexual assault on the actress Charlotte Arnould, of sexual violence, according to a report by Mediapart. Contacted by AFP, the Paris prosecutor's office said on April 12, 2023 that it "has not yet received any new complaint", and specified that the investigation opened in July 2020 following the complaint of an actress, Charlotte Arnould, was continuing. (Photo by Anne-Christine POUJOULAT / AFP)

Dénonçant une « omerta énorme » au sujet des violences présumées commises par Gérard Depardieu, Charlotte Arnould raconte souffrir de boulimie, d’anorexie et d’hyperphagie depuis 2018.

L’une dénonce une « omerta énorme » et raconte vivre « un enfer ». Une autre estime « ne pas avoir été soutenue ». Plusieurs femmes dénonçant des agressions sexuelles de l’acteur Gérard Depardieu ont témoigné ce mardi à visage découvert sur BFMTV. Parmi elles, l’actrice Charlotte Arnould, qui accuse l’acteur Gérard Depardieu de viols commis en 2018, qui raconte un quotidien difficile depuis les faits présumés.

D’après son récit, elle a été victime, le 7 août 2018, alors qu’elle n’était âgée que de 23 ans, commis par Gérard Depardieu, ami de son père, alors âgé de 69 ans. Elle raconte alors avoir attendu plusieurs jours pour déposer plainte. « Je me dis que je suis morte, que ma vie est finie. (…) Je me sens morte. Je sais qu’il s’est passé quelque chose de très grave, mais je vais mettre un petit peu de temps pour l’intégrer et le conscientiser. C’est là que je vais faire la démarche d’aller porter plainte », témoigne la jeune femme, qui souffrait alors d’anorexie.

Même si elle a été entendue par les policiers cet été de 2018, la plainte de Charlotte Arnould a été classée sas suite en 2019, au bout de neuf mois d’enquête préliminaire. « Je ne m’y attendais pas et je m’effondre. Cela a été une telle épreuve cette enquête préliminaire que je me dis j’arrête », témoigne-t-elle.

Une « injustice terrible »

Depuis le drame, la comédienne dit souffrir au quotidien de stress post-traumatique, qui se manifeste par de l’anorexie, de la boulimie, de l’hyperphagie. Elle dit aussi souffrir de périodes de scarification, d’abus d’alcool ou de médicaments.

En 2020, le dossier concernant Gérard Depardieu a été rouvert, entraînant la mise en examen de l’acteur pour « viols » et « agressions sexuelles », et le laissant libre sans contrôle judiciaire. Une mise en examen qui ne met pas en difficulté sa carrière, puisque le célèbre comédien est à l’affiche d’Umami, film sorti la semaine dernière.

De quoi donner à Charlotte Arnould un sentiment « d’injustice terrible », alors que sa prise de parole publique « a des répercussions sur sa carrière ». « Ma vie ne ressemble plus à rien. Cela fait cinq ans que je vis en enfer », ajoute-t-elle.


À lire aussiGérard Depardieu accusé de violences sexuelles : l’acteur est-il grillé ou intouchable ?


Selon la jeune actrice, il existe une « omerta énorme » au sujet de Gérard Depardieu dans le milieu du cinéma. « Tout le monde sait qu’il se comporte comme ça sur les tournages. Personne n’est surpris », dit-elle.

« Il a rentré sa main dans ma culotte »

Mardi soir, dans la foulée, l’actrice Sarah Brooks a raconté, toujours sur BFMTV, avoir été victime d’une agression sexuelle de la part de l’acteur en plein tournage de la série « Marseille ». « On était en train de tourner dans un stade de foot à Marseille. (…) Depardieu était à côté de moi, et pendant qu’une foule de personnes nous prenait en photo, (…) il a rentré sa main dans mon short et dans ma culotte », se souvient-elle.

Un geste qu’elle a tenté de stopper, et de dénoncer, mais qui a suscité les rires de son entourage. « C’était décevant, humiliant, choquant. A quel moment on fait ça à une jeune fille de 20 ans ? », se dit-elle, estimant « ne pas avoir été soutenue ».

Au mois d’avril, 13 femmes ont dénoncé dans une enquête de Mediapart des agressions sexuelles et viols commis par Gérard Depardieu aux yeux de tous sur différents tournages. De son côté, Gérard Depardieu, dit, par la voix de ses avocats, démentir « formellement l’ensemble des accusations susceptibles de relever de la loi pénale ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici