« De l’adrénaline dans les veines » : les Boston Celtics ont balayé les Dallas Mavericks dans le match 1 des finales NBA

0
37
BOSTON, MASSACHUSETTS - JUNE 06: Kristaps Porzingis #8 of the Boston Celtics dunks the ball during the first quarter against the Dallas Mavericks in Game One of the 2024 NBA Finals at TD Garden on June 06, 2024 in Boston, Massachusetts. NOTE TO USER: User expressly acknowledges and agrees that, by downloading and or using this photograph, User is consenting to the terms and conditions of the Getty Images License Agreement. Maddie Meyer/Getty Images/AFP (Photo by Maddie Meyer / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP)

Emmenés par un surprenant Kristaps Porzingis, de retour de blessure après cinq semaines d’absence, les Celtics se sont baladés, la nuit dernière face aux Mavericks de Luka Doncic.

Une immense marée verte a tout emporté sur son passage. Les Boston Celtics ont rudement balayé les Dallas Mavericks, la nuit dernière à l’occasion de la première manche des finales NBA (107-89). Dans les gradins, les fans ne boudent pas leur plaisir. Ils ont presque tous revêtu le t-shirt vert déposé par la franchise sur chaque siège, et restent, debout à applaudir, jusqu’à la dernière seconde malgré un score acquis depuis longtemps. Le bruyant TD Garden, une salle parmi les plus difficiles de NBA, est monté en température et n’est jamais redescendu. La chaude atmosphère de l’enceinte a-t-elle déboussolé Dallas ?

Les Celtics mènent 1-0 et confirment leur statut de favori, après avoir déjà dominé la saison régulière (64 victoires dans la Conférence est). Deux ans après une première finale, perdue celle-là face aux Golden State Warriors (4-2), ont-ils suffisamment appris et grandi pour renouer avec un titre NBA qui les fuit depuis 16 ans ? « Cela fait du bien, mais pour être honnête, j’étais très nerveux !, raconte la star de Boston Jayson Tatum après la rencontre. Un peu comme un gamin un premier jour d’école. Être en finale n’est pas quelque chose de commun. Mais il y a deux ans, on avait remporté la première manche et on n’avait pas remporté le titre. » La route est encore longue pour les Celtics, surtout en NBA où les renversements de situation sont presque la norme. Mais Boston a montré une domination totale, la nuit dernière.

Irving chahuté dans son ancienne maison

Du haut de ses 2,18 m, un homme a dépassé les autres d’une bonne tête : le letton Kristaps Porzingis n’avait plus joué depuis cinq semaines, blessé au mollet. Il a retrouvé les parquets dès le milieu du premier quart-temps et on n’a plus vu que lui : 11 points, 3 contres, 3 rebonds lors de ses 7 premières minutes ! « J’avais de l’adrénaline dans les veines, raconte-t-il après la rencontre. Même en marchant avant la rencontre pour entrer sur le parquet, j’ai senti le soutien très chaleureux de tout le monde, de tous les fans. J’avais toutes ces pensées dans ma tête : est-ce que je vais être à 100 % ? Ce n’est pas idéal d’avoir été absent tout ce temps. Je ne suis peut-être pas dans une forme parfaite, mais je suis pas mal ! »

À la télé, les téléspectateurs entendent pour la première fois à ce niveau une voix féminine : Doris Burke est la première, dans les quatre compétitions majeures du sport aux États-Unis, à commenter une rencontre en finale. « C’est un moment important pour notre sport ce soir, réagit depuis son canapé LeBron James, éliminé au premier tour par les Timberwolves. Amour et respect pour DB (Doris Burke) et pour tous ce qu’elle fait afin de nous faire grandir, chacun de nous. »

Dans le TD Garden, les fans des Celtics, eux, exultent : Kyrie Irving, l’ancien joueur de la maison parti en très mauvais termes, mord la poussière. Désormais dans l’équipe d’en face, il n’a inscrit la nuit dernière que 12 points (30 % de réussite et 0/5 à trois points) et il a vraiment mordu la poussière, physiquement, à plusieurs reprises, lorsque les Celtics se sont tour à tour élevés face à lui, d’abord Kristaps Porzingis, puis Jaylen Brown, pour contrer ses tentatives. Assez pour faire exulter les gradins : « Kyrie sucks, Kyrie sucks ! » (Kyrie est à ch…) est vite devenu l’hymne de la soirée. Les Celtics terminent la rencontre avec 9 contres, soit autant… que le nombre de passes décisives des Mavericks !

Le score est lourd et les têtes texanes aussi ce matin, Dallas ayant été bougé comme jamais depuis le début de cette campagne des play-offs. Seul Luka Doncic a évité un naufrage plus grand encore, en terminant meilleur marqueur de la rencontre (30 points, mais 1 seule passe décisive). Prochaine manche dimanche soir, toujours à Boston.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici