En Turquie, les victimes du séisme ont toujours confiance en Erdogan

0
52

Malgré les critiques ayant visé le chef de l’État turc au lendemain du séisme meurtrier du 6 février, Recep Tayyip Erdogan a conservé la confiance d’une grande partie des électeurs des provinces du Sud et se présente en position de force avant le second tour de l’élection présidentielle.

Le regard du président turc Recep Tayyip Erdogan fixe les ruines d’Antakya depuis l’affiche qui les surplombe et réconforte Ahmet Gulyildizoglu avant le second tour dimanche de l’élection présidentielle.

Dans les provinces du sud de la Turquie dévastées par le séisme du 6 février, qui a fait au moins 50 000 morts en Turquie et en Syrie, des millions d’électeurs ont préféré miser sur l’homme au pouvoir depuis vingt ans, qui a manqué de peu d’être réélu dès le 14 mai, lors du premier tour.

Face à Recep Tayyip Erdogan, son rival social-démocrate et laïque Kemal Kiliçdaroglu “ne vous gonfle pas d’espoir”, confie Ahmet Gulyildizoglu devant un terrain vague où se dressait autrefois un immeuble de six étages.

“À côté, vous avez une alliance qui tient ses promesses”, insiste-t-il à propos du parti islamo-conservateur AKP du président Erdogan, allié à plusieurs formations d’extrême droite.

Le maintien du chef de l’État dans les zones sinistrées, malgré le retard des secours et l’effondrement de dizaine de milliers de bâtiments sur leurs occupants, a contribué à la contre-performance au premier tour de Kemal Kiliçdaroglu, qui a recueilli 44,9 % des suffrages contre 49,5 % pour Recep Tayyip Erdogan.

Contrairement au premier tour, le “reis” part désormais grand favori du second.

À lire aussi Polariser pour mieux régner, la stratégie électorale gagnante d’Erdogan

La colère exprimée après le tremblement de terre avait contraint le chef de l’État à d’inhabituelles excuses publiques. Mais pour Berk Esen, professeur en sciences politiques à l’université Sabanci d’Istanbul, ce résultat n’est “pas très surprenant”.

Le chercheur rappelle que la plupart des provinces frappées votent traditionnellement en faveur du président et estime que ses habitants ont accepté l’invocation du “destin” par Erdogan après la catastrophe, sans s’arrêter au manque de respect des normes antisismiques.

De plus, relève-t-il, “l’opposition n’a pas mené une campagne intensive dans la région et n’a pas pu proposer de message alternatif crédible”.

“Les Syriens partiront”

Confronté à la possibilité d’une défaite, Kemal Kiliçdaroglu, 74 ans, a changé de cap. Abandonnant ses promesses d’apaisement, il a adopté un ton véhément, s’engageant à expulser des millions de réfugiés syriens “dès la victoire”.

Le message résonne dans les villes limitrophes de la Syrie comme Antakya, l’ancienne Antioche.

Kemal Kiliçdaroglu y a fait placarder des affiches clamant que “les Syriens partiront”. “Nous ne transformerons pas la Turquie en un dépôt de migrants”, a-t-il lancé mardi à Antakya.

À voir aussi Les réfugiés syriens, victimes collatérales de la campagne électorale turque

Un discours radical qui séduit Mehmet Aynaci, 20 ans : “Avant le séisme, si vous cherchiez un appartement, vous tombiez toujours sur un tas de Syriens”, assure-t-il.

“Bien sûr qu’ils doivent partir”, renchérit Atilla Celtik, qui lui non plus n’a pas quitté sa ville désertée. “Bientôt, ils réclameront nos terres”, prédit-il, “on est inquiets”.

La province de Hatay, dont certains districts sont très libéraux, a donné un léger avantage à Kemal Kiliçdaroglu au premier tour.

Un éventuel succès du candidat de l’opposition dépendra en partie du nombre de rescapés qui, installés loin de la zone sinistrée, feront le voyage pour venir voter une seconde fois dimanche.

Promesse de reconstruction

Près de 1,7 million de déplacés ont conservé leur inscription sur les listes électorales des provinces touchées.

Pour Sema Sicek, dont la colère contre Recep Tayyip Erdogan est restée aussi vive que lorsque des milliers de personnes mouraient lentement sous les décombres, sans secours, il faut absolument qu’ils reviennent.

“Marchez s’il le faut mais n’abandonnez pas votre terre”, lance cet homme de 65 ans qui accuse le président Erdogan de “nous enterrer vivants”.

Une partie de cette colère s’est répandue sur les réseaux sociaux, où les habitants des zones affectées par le séisme se sont vu reprocher d’avoir soutenu Recep Tayyip Erdogan.

Le président sortant a convaincu les électeurs des régions touchées en leur promettant de nouvelles maisons pour le début de l’année prochaine – “peut-être un peu plus tard” pour ceux d’Antakya.

Kemal Kiliçdaroglu a tenté de faire de même mardi, affirmant que “personne ne devrait douter” de sa capacité à reconstruire la région.

Hakan Tiryaki, le responsable provincial de son parti, le CHP, réfute les reproches selon lesquels l’opposition ne s’est pas fait suffisamment entendre dans la région avant le premier tour. Faire campagne tambour battant aurait pu donner le sentiment que l’opposition cherchait à profiter du chagrin des gens, estime-t-il.

Et cela n’aurait pas suffi à faire changer d’avis Omer Edip Aslantas : ancien sympathisant de gauche, le quinquagénaire estime que “la gauche turque n’est plus la même”. “Elle est devenue antiturque, antimusulmane.”

Avec AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici