Français victimes des attaques du Hamas : Emmanuel Macron réfléchit à un hommage national

0
56
French President Emmanuel Macron meets with Israeli-French nationals who have lost loved ones, as well as families of hostages, at the Ben Gurion airport, Tuesday, Oct. 24, 2023 in Tel Aviv. Emmanuel Macron is traveling to Israel to show France's solidarity with the country and further work on the release of hostages who are being held in Gaza. Christophe Ena/Pool via REUTERS

INFO LE PARISIEN. Le chef de l’État a demandé à ses équipes de « réfléchir » à une cérémonie pour honorer la mémoire des Français tués par le Hamas. Peut-être aux Invalides.

Trente ressortissants français tués dans les attaques en Israël, soit « le plus lourd bilan depuis l’attentat de Nice », en juillet 2016, martèle l’Élysée. Le pays pleure ses morts, et le chiffre pourrait encore grimper alors que neuf personnes sont encore portées disparues ou otages du Hamas. Après le choc, la sidération et le deuil qui débute à peine, c’est le temps de l’hommage national sur lequel Emmanuel Macron réfléchit aussi en coulisses. « Il a ça en tête, il souhaite le faire. Pour les familles, ce serait une terrible injustice de ne pas savoir si on honore un des leurs », confie un conseiller du palais.

Selon nos informations, le chef de l’État s’en est même épanché il y a peu lors d’une réunion, entouré de plusieurs ministres régaliens et une poignée de collaborateurs. « Nous devrons honorer la mémoire de nos victimes. Je vous demande de réfléchir à la manière dont on pourrait organiser la cérémonie. Faites-moi des propositions dans les prochains jours », a-t-il ainsi demandé.

En évacuant de facto les interrogations portées ces derniers jours par certains, notamment sur les réseaux sociaux, de la légitimité d’un hommage en France, alors que les victimes avaient la double nationalité. « Elles étaient franco-israéliennes, donc françaises. Il n’y a donc pas de sujet », insiste un ministre.

« C’est difficile d’organiser un pareil événement »

Sauf que la date reste à ce stade le principal obstacle. « Tant qu’on n’a pas stabilisé le nombre de personnes décédées, c’est difficile d’organiser un pareil événement. Il faudra attendre le décompte définitif », fait-on savoir. Emmanuel Macron avait aussi à cœur de pouvoir dans un premier temps échanger avec les familles de victimes. Ce qu’il a notamment fait ce mardi, à peine arrivé en Israël, en rencontrant plusieurs d’entre elles à Tel-Aviv.


À lire aussi30 Français tués en Israël : un bilan humain très lourd et un hommage trop léger ?


Quant au lieu, tout est possible. En novembre 2015, après les attaques du Bataclan, c’est dans la cour d’honneur des Invalides que François Hollande avait présidé la cérémonie d’hommage nationale aux victimes, ponctuée par la musique de l’orchestre de la Garde républicaine et du chœur de l’Armée française. Les noms et âges des 130 personnes tuées par les terroristes avaient été lus à haute voix. Le 15 octobre 2016, c’est aux abords de la promenade des Anglais que l’hommage avait été rendu, trois mois après l’attentat de Nice qui avait fait 86 morts.

Cette fois, pour les victimes du Hamas, l’hypothèse d’une cérémonie aux Invalides serait en réflexion. « Ça sera l’hommage de la nation laïque », insiste une source militaire, alors qu’en parallèle, le Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France) réfléchirait aussi à organiser un hommage le moment venu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici