Harcèlement scolaire : le rectorat de Versailles menacé de mort depuis le suicide de Nicolas à Poissy

0
47

Les membres de l’académie ont reçu de nombreux mails et des messages d’injures sur les réseaux sociaux. Une plainte a été déposée mercredi entraînant l’ouverture d’une enquête.

Le rectorat de Versailles cible de menaces de mort. Plusieurs membres de l’académie ont reçu des mails dans leur boîte professionnelle ou des messages sur les réseaux sociaux, a-t-on appris ce jeudi. Des menaces accompagnées d’insultes qui feraient suite au suicide du jeune Nicolas, 15 ans, le 5 septembre dernier à Poissy (Yvelines). Le chef du service interacadémique des affaires juridiques du rectorat de Versailles a déposé plainte mercredi en début d’après-midi.

Une information confirmée au Parisien par le parquet de Versailles, qui a immédiatement réagi : « Une enquête a été ouverte des chefs de cyber harcèlement en ligne et en meute, provocation à commettre un délit, injures publiques à caractère sexiste, menaces de mort matérialisées par écrit. »

Deux autres plaintes ont été déposées sans que le parquet ne précise l’identité des plaignants. L’enquête a été confiée à la direction régionale de la police judiciaire de Versailles.

En lien direct avec le suicide de Nicolas à Poissy

Ce déferlement de haine et de menace envers l’académie de Versailles est intimement lié au traitement de l’institution du cas de Nicolas, qui était victime de harcèlement scolaire au lycée Adrienne-Bolland, à Poissy. Un établissement qu’il avait décidé de quitter pour commencer cette année une formation professionnelle en électricité dans un lycée du XIVe arrondissement à Paris. Il s’est finalement pendu dans sa chambre la semaine de la rentrée.

Malgré ses appels à l’aide et la mobilisation de ses parents, la famille avait reçu en mai dernier un courrier du rectorat de Versailles qui, au lieu de soutenir le plaignant, avait minimisé les faits en parlant de « supposé harcèlement » et menacé les parents de dénonciation calomnieuse.


À lire aussiSuicide de Nicolas à Poissy : l’immense désarroi des parents d’élèves harcelés face à l’administration


Rendue publique samedi 16 septembre, la lettre a provoqué un tollé et a été qualifiée de « honte » par le ministre de l’Education nationale, Gabriel Attal. Lequel avait dans la foulée convoqué les recteurs d’académie pour provoquer « un électrochoc à tous les niveaux » contre le harcèlement scolaire. « Mon rôle, votre rôle, n’est pas de protéger une institution à tout prix, mais de protéger à tout prix nos élèves, nos enfants », leur avait-il adressé.

Interrogée mercredi par Le Parisien, une mère d’un élève harcelé l’an dernier dans les Yvelines avance que, lorsque des parents signalent un contexte de harcèlement, « la menace de diffamation est presque systématiquement brandie ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici