Le maire d’Orléans Serge Grouard quitte le parti LR et dénonce ses «petits jeux politiques»

0
11
©PHOTOPQR/REPUBLIQUE DU CENTRE/ERIC MALOT ; ; 18/09/2020 ; Orléans (Loiret-45) - Serge GROUARD - Maire d'Orléans - Premier vice-président Orléans Métropole (MaxPPP TagID: maxnewsworldfive265594.jpg) [Photo via MaxPPP]

Le maire d’Orléans Serge Grouard a annoncé ce dimanche quitter Les Républicains et appelé à « construire une nouvelle majorité ».

« J’ai décidé de quitter Les Républicains, après plus de quarante ans d’adhésion à la famille politique gaulliste. » Dans un communiqué publié ce dimanche, le maire d’Orléans Serge Grouard a annoncé son départ des LR en marge des tensions au sein de sa famille politique, divisée sur la question de la réforme des retraites.

« En cherchant à jouer au Parlement le parti charnière, un coup avec la majorité, un coup dans l’opposition, ils se perdent dans de petits jeux politiques stériles, dignes des pires heures de la IVe République que le général de Gaulle a pourtant tellement combattue », regrette l’ancien député du Loiret.

En décembre dernier, Serge Grouard était pourtant encore pleinement investi dans son parti, en tant que candidat à la présidence de LR à l’occasion du Congrès. Faute du nombre de parrainage nécessaire après la démission de Christian Jacob, il avait observé de loin l’élection d’Éric Ciotti. Quatre mois après, « alors que la France va mal », les Républicains n’ont, selon l’élu, « plus aucune ligne politique et pas davantage de projets pour notre pays ».

Quitter les Républicains pour rejoindre la majorité ? Non plus. L’été dernier, l’actuel maire d’Orléans avait plaidé pour un « accord de gouvernement » avec la majorité présidentielle d’Emmanuel Macron, sans pour autant évoquer un quelconque rapprochement. « Il faut d’urgence construire une nouvelle majorité pour éviter le pire. Plus tard, il sera trop tard », plaide-t-il ce dimanche dans sa lettre de départ, sans rentrer beaucoup plus dans les détails.

Le symbole des divisions des LR

Sans être un ténor de la droite, Serge Grouard n’en est pas moins l’un de ses plus vieux défenseurs. Membre du RPR, ancien député UMP puis LR de 2002 à 2015, cet ancien collaborateur de Jacques Chirac était connu pour être un opposant interne à Nicolas Sarkozy, et plutôt proche de François Fillon. Il avait d’Orléans, un véritable fief, dont il a occupé le poste de maire depuis 2001, avec une interruption entre 2015 et 2020.


À lire aussiRéforme des retraites : chez les Républicains, divisions et arrière-pensées


C’est pourtant après « quarante ans d’adhésion à la famille politique gaulliste » selon ses mots, que l’ancien député a pris la porte, sans pour autant avoir tout tenté. Il rappelle dans son communiqué, avoir « proposé lors des élections internes à LR, sans succès, un pacte de gouvernement clair et net avec le président de la République sur la base de quatre urgences pour la France : environnement et énergie, sécurité et immigration, santé et hôpital, dettes et réforme de l’État ».

Du côté des Républicains, ce départ est le symbole des divisions en interne au sujet de la réforme des retraites. Entre la dissidence d’Aurélien Pradié, le silence de Laurent Wauquiez puis les désaccords de Xavier Bertrand, le parti d’Éric Ciotti risque de s’affaiblir encore plus, alors que Bruno Retailleau a largement participé au vote du texte lors de son passage devant le Sénat. Et c’est dans ce contexte qu’un nouveau vote se profile à l’Assemblée sur la réforme.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici