Le RN lance son “école des cadres” pour devenir un “parti de masse”

0
42

En créant une “école des cadres”, le Rassemblement national de Marine Le Pen entend former ses militants et mieux définir son corpus idéologique afin de devenir le “parti de masse” du “bloc populaire”. Chantre du “ni droite, ni gauche”, le RN entend par ailleurs poursuivre son discours sur “le lien consubstantiel entre les catégories populaires et la nation”, relève Jérôme Sainte-Marie, qui a théorisé l’opposition entre “bloc populaire” et “bloc élitaire”, une dichotomie assumée par Marine Le Pen.

En créant une “école des cadres”, le Rassemblement national de Marine Le Pen entend former ses militants et mieux définir son corpus idéologique afin de devenir le “parti de masse” du “bloc populaire”.

Mardi, après plusieurs mois de retard, la formation doit être officiellement lancée à Paris, portée par le sondeur Jérôme Sainte-Marie.

L’initiative se veut surtout l’acte fondateur de la nouvelle présidence de Jordan Bardella, élu à la tête du RN en novembre, ainsi qu’une énième étape de normalisation de l’ex-FN.

“Aujourd’hui, l’obstacle, ça n’est pas la dédiabolisation: c’est la crédibilité”, relève un cadre.

Après les 42% recueillis par Marine Le Pen au second tour de la présidentielle et 88 députés RN élus deux mois plus tard, la formation d’extrême droite est devenu “un parti très fort”, note un proche de la direction.

“Tout le monde a pris conscience que la véritable alternance, c’est le Rassemblement National. Après Emmanuel Macron, ce sera nous”, a encore voulu convaincre, lundi, la fille de Jean-Marie Le Pen.

“Mais il demeure des faiblesses structurelles”, tempère un cadre: “nous sommes attaqué sans cesse par la classe dominante sans avoir forcément les armes pour y répondre: on l’a encore vu dans l’entre-deux-tours de la présidentielle l’année dernière”.

L'”école des cadres” entend ainsi se déployer à tous les niveaux: pour les adhérents du RN, des conférences vidéos sur l’évolution électorale du parti sont notamment prévues.

Il s’agira à la fois d'”une remise à niveau et d’un partage de culture générale commune”, résume l’un des initiateurs de la formation. Il y voit l’une des conditions pour que le RN puisse “devenir un parti de masse” et “offrir une rétribution symbolique du militantisme”.

Modèle assumé: le Parti communiste des années 50 et 60, “qui a promu une élite ouvrière avec des cadres qui ressemblaient aux militants”, explique un responsable du RN.

– “Position de surplomb” –

L’objectif est surtout de faire émerger une “élite” au sein du RN, “avec une sélection des militants et la mise en place de véritables promotions”, développe un autre artisan de “l’école”.

Après les législatives, Marine Le Pen s’était félicitée de disposer d’élus qui pouvaient être mis en avant pour donner un avant-goût de ce que serait un gouvernement RN.

“Il faudra que les gens soient rassurés par des équipes, ce qui nous a pour l’instant manqué”, appuie un lepéniste, la formation devant par exemple permettre de s’initier à la gestion des finances publiques ou d’approfondir différentes notions “de manière à être en position de surplomb par rapport à nos interlocuteurs”.

Au-delà, c’est le corpus idéologique du RN qui doit être mieux défini: “Nous avons une cohérence globale mais elle a besoin d’être davantage explicitée”, reconnaît un proche de Marine Le Pen, constatant “un besoin idéologique dans la population et notamment dans la jeunesse”.

Chantre du “ni droite, ni gauche”, le RN entend par ailleurs poursuivre son discours sur “le lien consubstantiel entre les catégories populaires et la nation”, relève Jérôme Sainte-Marie, qui a théorisé l’opposition entre “bloc populaire” et “bloc élitaire”, une dichotomie assumée par Marine Le Pen.

“Au fond, c’est la croyance dans la forme +parti politique+, et la volonté que le RN soit vraiment un parti de masse, parce qu’il en a davantage besoin que les autres”, avait encore développé Jérôme Sainte-Marie lors des universités d’été du parti dans l’Hérault en septembre dernier.

En ligne de mire: les municipales de 2026, un scrutin sur lequel le parti d’extrême droite a jusqu’alors enregistré des contre-performances. “Nous devrons présenter des gens formés qui donnent confiance”, réclame un élu. “Sans un maillage dans les communes, une victoire en 2027 semble illusoire”.

pab/sde/cbn

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici