Stations-service à sec : la carte des départements sous tension

0
15
Aire de Bosguet Nord A13 Autoroute A 13 Station service essence TotalEnergies Total Énergies voiture automobile plein d’essence Photo Aurélie Audureau

De nombreuses stations-service sont affectées ce lundi encore par le mouvement de grève en cours dans les raffineries, particulièrement dans le sud-est de la France. Découvrez si votre département est touché et quelles enseignes sont susceptibles d’être concernées.

Le mouvement de grève contre la réforme des retraites est toujours en cours dans les raffineries ce lundi. Il est encore trop tôt pour parler de pénurie à l’échelle nationale, seules moins de 4 % des stations étant en rupture de carburant selon les dernières données disponibles au 18 mars sur le site prix-carburants.gouv.fr.

Treize départements sont toutefois sous tension avec plus de 10 % des stations en rupture de gazole, mais ce chiffre cache de grandes disparités territoriales, 31 départements ne notant aucune situation pénurie de gazole et 35 aucune pénurie d’E10. « Sur les six raffineries françaises, toutes vivent un certain nombre de perturbations », a toutefois rappelé Clément Beaune ce matin sur franceinfo. Le ministre des Transports a précisé qu’« on n’en est pas à l’heure de la réquisition ».

Les files s’allongent dans les stations du Sud-Est

Part des stations en rupture de gazole au 18 mars

Part des stations de chaque département ayant déclaré une rupture de gazole le 18 mars en fin de journée.

C’est dans le Sud-Est que les stations essence sont le plus en tension. En tête du classement, et de loin, les Bouches-du-Rhône, où 31,3 % d’entre elles n’ont plus de gazole. Toujours en région Provence-Alpes-Côte d’Azur, ce sont les départements du Gard et du Vaucluse qui souffrent de pénuries, avec près d’un quart des stations en rupture de diesel (22 % et 21,6 % respectivement).

La préfecture du Vaucluse annonce ce matin limiter les ventes de carburant « en raison des difficultés d’approvisionnement des stations-service », en précisant que les achats seront limités à 30 litres pour les particuliers, hors mission de service public et à 120 litres pour les véhicules de plus de 3,5 tonnes. Ces restrictions s’appliquent jusqu’au jeudi 23 mars inclus.

Les Pays de la Loire est la deuxième région à être la plus exposée au risque de pénurie. 11,7 % des stations-service de Loire-Atlantique n’ont plus de gazole, 10,3 % de celle du Maine-et-Loire sont en rupture de ce carburant.

L’essence légèrement moins sous tension

Le risque de pénurie est un peu moins marqué pour l’essence, mais le constat est le même : ce sont les régions Paca et Pays de la Loire qui sont les plus touchées.

Part des stations en rupture de E10 au 18 mars

Part des stations de chaque département ayant déclaré une rupture de E10 le 18 mars en fin de journée.

Les Bouches-du-Rhône sont encore une fois en haut du classement avec 28,4 % des stations en manque de carburant E10, une nouvelle fois devant le Gard à 19,7 % et le Vaucluse à 16,2 %. Côté Loire-Atlantique, 11,7 % des stations sont à sec d’essence.

Les stations TotalEnergies les plus touchées par la pénurie

Du côté des vendeurs, c’est une fois de plus TotalEnergies qui subit les plus forts taux de pénurie à l’échelle nationale, avec 8,04 % sur le gazole et 6,64 % sur le bioéthanol carburant E10. La grande distribution semble tenir le coup avec 4,18 % des stations-service à sec de gazole chez Système U contre 3,04 % dans les centres E.Leclerc.


À lire aussiPénurie de carburant : des « perturbations » dans les raffineries, mais pas encore de « réquisition »


C’est Carrefour qui s’en sort le mieux avec environ 2 % seulement de ses stations-service en rupture de gazole ou de E10. Les stations indépendantes restent à un niveau de pénurie très bas aux alentours des 1,5 % sur les deux types de carburants suivis.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici