L’ex-anesthésiste Frédéric Péchier admet qu’un de ses patients a été empoisonné

0
25
Frederic P anesthésiste de Besançon (Doubs), soupçonné d'avoir volontairement empoisonné sept patients, dont deux sont morts son avocat Me Randall Schwerdorffer.

Frédéric Péchier, anesthésiste désormais interdit d’exercer, est accusé d’avoir empoisonné trente patients, dont douze sont morts. Ces faits se seraient produits entre 2008 et 2017 dans des cliniques de Besançon. .

L’ex-anesthésiste Frédéric Péchier, soupçonné de 30 empoisonnements dont 12 mortels dans des cliniques de Besançon, a estimé qu’un seul de ces cas relevait bien d’un empoisonnement, mais sans en admettre la responsabilité, a rapporté vendredi le parquet. Frédéric Péchier est soupçonné d’avoir pollué, entre 2008 et 2017, les poches de perfusion de patients dans deux cliniques privées de Besançon pour provoquer des arrêts cardiaques, puis démontrer ses talents de réanimateur, mais aussi pour discréditer des collègues avec lesquels il était en conflit.


À lire aussiLes vérités de l’anesthésiste Frédéric Péchier : « Je n’ai jamais empoisonné personne ! »


Il a été entendu mardi et mercredi par le juge d’instruction chargé de l’affaire. Selon le procureur de la République de Besançon Etienne Manteaux, « M. Péchier a répondu à toutes les questions relatives aux 30 cas d’empoisonnement » lors de ces auditions. « Selon le mis en examen, un seul cas sur la totalité des 30 dossiers constitue un empoisonnement », le reste relevant d’erreurs médicales.


À lire aussiAffaire Péchier : pourquoi l’anesthésiste de Besançon est soupçonné de nouveaux empoisonnements


Ce cas remonte au 20 janvier 2017 et représente le dernier fait retenu par la justice. Un patient, anesthésié par le docteur Péchier lui-même, avait été victime d’un événement indésirable grave (EIG). « Il s’agit d’un empoisonnement avéré puisqu’on a trouvé des anesthésiques locaux dans la poche de paracétamol qui devait être administrée à son patient selon lui », a détaillé le procureur lors d’une conférence de presse.

« La clôture de l’instruction de l’information judiciaire se rapproche »

Ce produit local n’est normalement pas utilisé dans le processus anesthésique. Selon le procureur, M. Péchier a fait valoir qu’il se produit chaque jour des erreurs d’ampoules contenant des anesthésiques locaux dans les hôpitaux en France. Ces erreurs médicales expliqueraient selon lui en partie les surdosages constatés. Le docteur Péchier a expliqué qu’il mettait en œuvre ce qu’il avait appris lors de ses stages d’interne en médecine, a poursuivi le procureur.

Selon lui, l’ex-anesthésiste a contesté fermement toutes les conclusions des experts, dénonçant un pacte de médecins anti-Péchier au sein des cliniques de Besançon pour lui faire porter le chapeau, plutôt que d’admettre des dysfonctionnements internes. Il a dénoncé des stratagèmes de la part des enquêteurs, du magistrat instructeur et des experts pour tout lui imputer, a précisé M. Manteaux. A la lumière des dernières déclarations du docteur Péchier, le juge d’instruction envisage de faire procéder à des vérifications complémentaires. « La clôture de l’instruction de l’information judiciaire se rapproche désormais », a conclu le procureur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici